Wall Street en nette hausse: records du Nasdaq et du S&P 500


 Toute l'actu en bref

"Le marché aime ce que fait Donald Trump" et les indices boursiers ne cessent de progresser depuis l'élection du milliardaire républicain (image symbolique).

KEYSTONE/AP/RICHARD DREW

(sda-ats)

La Bourse de New York a fortement progressé mardi, les investisseurs reprenant confiance sur la capacité d'action du nouveau président Donald Trump: le Nasdaq et l'indice élargi S&P 500 ont terminé à des records et le Dow Jones a pris 0,57%.

L'indice Composite du Nasdaq, à dominante technologique, a pris 48,01 points (0,86%) à 5600,96 points et le S&P 500 a progressé de 14,87 points (0,66%), à 2280,07 points, des niveaux que tous deux n'avaient encore jamais atteint à la clôture. L'indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 112,86 points à 19'912,71 points.

"Le marché aime ce que fait Donald Trump. Il prend des décisions, il réalise des choses qui sont au second plan depuis des mois ou des années", a estimé Sam Stovall de CFRA.

Oléoducs et usines automobiles

Donald Trump a signé mardi deux nouvelles ordonnances présidentielles qui relancent les très contestés projets d'oléoducs Keystone XL et Dakota Access, stoppés sous Barack Obama. Cette décision a eu pour effet de doper les valeurs des ressources naturelles, dont l'indice a gagné 2,53%, meilleur gain des onze principaux indices sectoriels du S&P-500.

Le président américain a par ailleurs dit aux patrons de General Motors, de Ford et de Fiat Chrysler qu'il voulait voir de nouvelles usines automobiles aux Etats-Unis tout en confirmant son intention de réduire les impôts et d'alléger la réglementation, notamment en matière environnementale.

"La rhétorique reste constante" a relevé Jack Ablin de BMO Private Bank qui rappelait que les investisseurs ont un "fort degré d'attentes" pour les cent premiers jours de la présidence Trump.

Wall Street avait bondi à la suite de l'élection américaine en novembre, dans l'espoir de la dérégulation de certains secteurs, des baisses d'impôts et des investissements d'infrastructure promis par le milliardaire républicain. Dans l'immédiat, cela éclipsait la tonalité protectionniste des premiers pas de la présidence Trump qui avaient suscité quelques inquiétudes la veille.

ATS

 Toute l'actu en bref