Toute l'actu en bref

Des dizaines de personnes se sont rassemblées près du lieu de la fusillade, l'une d'entre elles dénonçant un crime haineux, en dépit des réserves émises par la police.

KEYSTONE/FR61802 AP/CRAIG RUTTLE

(sda-ats)

Un imam et son assistant ont été tués par balles samedi après-midi alors qu'ils rentraient chez eux après avoir prié dans une mosquée du quartier du Queens, à New York. La police n'a pas avancé de motif pour ce crime et n'a procédé à aucune arrestation.

Un homme armé a approché les deux hommes par derrière et les a tous deux abattus à bout portant, à la tête, vers 13h50 (23h50 en Suisse), précise la police dans un communiqué. Aucun indice ne permettait encore de déterminer si les deux hommes ont été visés en raison de leur foi, a dit une porte-parole de la police de New York (NYPD), Tiffany Phillips.

Elle a toutefois ajouté qu'aucune piste n'était écartée. L'imam, identifié par la police comme Maulama Akonjee, âgé de 55 ans, ainsi que Tharam Uddin, âgé de 64 ans, sortaient de la mosquée Al-Furqan Jame Masjid du quartier d'Ozone Park, dans le Queens. Ils portaient tous deux des vêtements religieux au moment de l'attaque.

Les deux hommes ont été transportés au Jamaica Hospital Medical Center et sont morts "alors que des interventions de réanimation étaient en cours", a dit un porte-parole de l'hôpital, Andrew Rubin. Un suspect a été vu par des témoins alors qu'il prenait la fuite, un pistolet à la main. Les forces de l'ordre le décrivent comme de teint moyen, vêtu de shorts et d'un polo sombre.

Appel à la compassion et à la justice

Le Council on American-Islamic Relations précise que la deuxième victime, Tharam Uddin, était un "associé" de l'imam. "C'était deux personnes très aimées", "des dirigeants communautaires", a dit Afaf Nasher, directeur général de la branche new-yorkaise du groupe de défense des droits des musulmans.

Le dirigeant local du groupe, qui a tenu une conférence de presse devant la mosquée d'où sortaient les deux hommes, a appelé la police à faire toute la lumière sur l'attaque. "Nous appelons toutes les personnes, de toutes les confessions, à s'unir avec compassion et avec vigilance pour que justice soit faite", a-t-il dit. "On ne peut (...) abattre une personnes d'une balle dans la tête sans être motivé par la haine", a-t-il ajouté.

Le suspect en fuite

L'auteur présumé de l'attaque était toujours recherché samedi soir. "Nous menons en ce moment de vastes recherches de vidéos et de témoins supplémentaires dans la zone", a dit l'inspecteur adjoint Henry Sautner dans un communiqué.

Une importante communauté musulmane, principalement originaire du Bangladesh, vit à Ozone Park. Des vidéos publiées sur Youtube montrent des dizaines d'hommes rassemblés près du lieu de la fusillade, l'un d'entre eux dénonçant un crime haineux, en dépit des réserves émises par la police.

"Nous nous sentons fragiles et en danger dans un tel moment", a dit Millat Uddin, un habitant du quartier, à CBS New York. "Cela nous menace vraiment, cela menace notre futur, menace notre mobilité dans le quartier et nous cherchons la justice", a-t-il ajouté.

sda-ats

 Toute l'actu en bref