Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Affaire Ioukos: UBS a garanti un prêt de 2 milliards

Mikhaïl Khodorkovski sur un écran de TV (à droite) écoute les discussions de la cour de Moscou en mai 2004.

(Keystone)

Un emprunt octroyé par un établissement français à la société pétrolière Ioukos, qui est au centre d’un complexe dossier judiciaire en Russie, a été garanti à 100% par la banque suisse.

UBS refuse de commenter cette opération mais affirme n’encourir aucun risque financier.

Quelles relations d’affaires l'UBS entretient-elle avec Ioukos? Voilà la question qui vient à l’esprit lorsqu’on analyse le curieux rôle joué par la banque helvétique dans le cadre d’un prêt de 1,6 milliard de dollars (environ deux milliards de francs) accordé à cette société pétrolière russe.

Ioukos est depuis des mois au cœur d’une affaire judiciaire. La Cour d’arbitrage de Moscou a condamné fin mai la société à verser une amende de 3,5 milliards de dollars au fisc et le procès de son ex-patron et principal actionnaire, Mikhaïl Khodorkovski, débutera le 16 juin.

Des emprunts par milliards

L’histoire de ce prêt commence en septembre dernier lorsque Ioukos et son concurrent Sibneft décident de fusionner pour créer ce qui devait être la quatrième compagnie pétrolière privée mondiale.

Ioukos lance un appel d’offre pour un emprunt d’un milliard de dollars. C’est un syndicat dirigé par la Société Générale, mais constitué par une dizaine de banques, qui décroche l’opération.

Quelques semaines plus tard, Ioukos demande à la Société Générale un nouveau crédit de 1,6 milliard de dollars. Un risque que cet établissement français de taille moyenne ne peut supporter.

Selon nos informations, la Société Générale aurait finalement accepté cette seconde opération car Ioukos a apporté une assurance de premier ordre. UBS a fourni, en quelques jours et apparemment sans hésitations, une garantie de 100% sur ces 1,6 milliard via un dépôt en cash.

Fort de cette couverture totale du géant helvétique, la banque française accorde ce nouveau prêt.

Reste à savoir pourquoi UBS accepte de soutenir Ioukos. En fait, la banque suisse est depuis quelques années un des importants partenaires financiers du groupe Menatep, le principal actionnaire de Ioukos.

D’ailleurs, sur le site Internet de Menatep, l’établissement zurichois figure en tête des références bancaires. Enregistré à Gibraltar, Menatep Holding contrôle plus de 30 milliards de dollars d’actifs financiers et industriels.

Perquisitions en Suisse

Coup de théâtre le 25 octobre 2003, Mikhaïl Khodorkovski, à l’époque patron et principal actionnaire de Ioukos, est emprisonné sous les inculpations d’évasion fiscale et de vol par escroquerie. La justice russe ordonne le gel des actifs de Ioukos.

Avec une fortune estimée à plus de 7 milliards de dollars, cet oligarque de 41 ans est l’homme le plus riche du pays. Il serait notamment l’un des principaux actionnaires de Menatep.

Fin novembre, le processus de fusion avec Sibneft est bloqué. A la demande des magistrats russes, des comptes appartenant à Ioukos, au milliardaire Mikhaïl Khodorkovski ou à ses associés sont bloqués dans plusieurs pays.

Ainsi, la justice helvétique a gelé « plusieurs milliards de francs » dans le cadre de cette affaire et des perquisitions ont été menées début mars dans des sociétés à Zurich, Schwytz, Fribourg et Genève.

Emprunt remboursé?

Du côté de la Société Générale on s’interroge. Où est passé le prêt de 1,6 milliard de dollars ? Une inquiétude qui s’évanouit il y a environ trois semaines lorsque, contre toute attente, la Société Générale est soulagée de ce fardeau.

Ce prêt est repris par un autre établissement. Lequel ? Mystère. La banque française se limite à confirmer qu’elle ne porte plus l’exposition de ces 1,6 milliard, mais refuse de détailler l’opération.

Au final, il semble que cet emprunt ait été remboursé et que la transaction soit terminée.

Alors que Ioukos n’exclut pas de se retrouver en faillite «avant la fin de l’année», UBS a-t-elle récupéré sa garantie ? Pourquoi est-elle intervenue en sous-main dans ce prêt ? Pourquoi a-t-elle accepter d’en garantir le 100% ?

Des questions auxquelles la banque oppose un poli «pas de commentaires». Pour UBS, «il n’y a aucun risque financier concernant cette transaction et nous sommes très à l’aise sur ce dossier», affirme néanmoins un porte-parole de l’établissement.

swissinfo, Luigino Canal

Faits

En mars 2004, la justice suisse a gelé « plusieurs milliards de francs » dans le cadre de l’affaire Ioukos.
Des perquisitions ont été menées dans des sociétés à Zurich, Schwytz, Fribourg et Genève.
Le Parquet russe, qui a demandé l'entraide judiciaire de la Suisse, avait évoqué le gel de 6,2 milliards de francs sur les comptes de 20 actionnaires de Ioukos, parmi lesquels l'ex-PDG Mikhaïl Khodorkovski.

Fin de l'infobox

En bref

- Le début du procès de Mikhaïl Khodorkovski et de son associé Platon Lebedev, accusés d'avoir causé à l'Etat un préjudice de plus d'un milliard de dollars, a été fixé au 16 juin.

- Mikhaïl Khodorkovsky a été arrêté en octobre 2003 dans le cadre d'une enquête sur des soupçons d'évasion fiscale et de fraude.

- L’arrestation de Mikhaïl Khodorkovsky est considérée par de nombreux observateurs comme une vengeance du Kremlin pour le soutien financier qu’il a apporté à l'opposition au président Vladimir Poutine.

- Mikhaïl Khodorkovsky, l'un des oligarques les plus influents de Russie, fait partie de ces Russes qui ont amassé une fortune colossale en très peu de temps après l'effondrement de l'Union soviétique, en faisant l'acquisition de propriété d'Etat à bas prix.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.