Appel du 4 mai pour un redémarrage humaniste: 52'900 signatures

L'Appel du 4 mai demande aux parlementaires, réunis en session spéciale à Bern'Expo, que la reprise économique tienne compte de critères humains et écologiques. KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE sda-ats

La pétition de l'Appel du 4 mai, demandant un redémarrage plus humaniste, local et durable, a été remise à Berne lors de la session extraordinaire. Des citoyens ont aussi fait du bruit à leurs balcons lundi à 12h00 pour soutenir l'action.

La pétition de l'Appel du 4 mai, lancée le 23 avril, invite les parlementaires fédéraux à tenir compte de l'aspiration d'un certain nombre de citoyens à un redémarrage différent de l'économie après des semaines de semi-confinement. A 10h00 lundi, heure de début du Conseil national, le texte avait recueilli 52'900 signatures, essentiellement en Suisse romande.

La pétition émane de citoyens de l'Arc lémanique. Le texte vise à donner la parole à ceux que l'on entend jamais et à porter leur voix auprès du monde politique.

L'Appel du 4 mai veut davantage de local. Il veut soutenir les paysans suisses et les entrepreneurs locaux. Il demande aussi davantage de social et notamment de meilleures conditions de travail pour certaines professions, comme les soignants. Le texte demande aussi de réduire le poids de l'économie dans le concept de durabilité, au profit de l'environnement et de l'humain.

Chacun dans son carré

Ne pouvant pas se regrouper et se rendre en nombre à Berne, les initiants ont invité les personnes qui soutiennent l'action à faire entendre leurs voix d'une façon différente. Dans de nombreuses villes de Suisse romande, des citoyens ont fait du bruit avec des casseroles, couvercles, sifflets et autres instruments à 12h00 de leurs balcons.

Une autre façon de manifester s'est aussi invitée à Lausanne et Genève notamment. Des personnes ont tracé au sol, sur une place par exemple, un carré de 4 m2 à la craie ou au scotch. Elles se sont immobilisées au centre du cadre et n'ont plus bougé pendant 10 minutes au moins, avant de laisser l'espace disponible pour d'autres personnes. A certains endroits, plusieurs individus se sont posés côte à côte dans des carrés avec la distance physique requise.

Pétition de Greenpeace aussi

De son côté, Greenpeace a également lancé une pétition, qui va dans le même sens que l'Appel du 4 mai. Son texte, qui demande que le soutien apporté à l'économie tienne compte du climat, avait recueilli lundi matin 22'000 signatures. Les militants de l'organisation écologiste ont proposé la pétition aux parlementaires qui se rendaient à la session extraordinaire à Bern'Expo.

Le texte appelle les autorités suisses à saisir l’opportunité des plans de relance économique pour maintenir et même accélérer les efforts en terme de protection du climat et de durabilité. Les mesures de relance doivent s’appuyer sur quatre piliers: la transition énergétique, la promotion d’un nouveau modèle agricole, le désinvestissement des énergies fossiles pour la place financière suisse et l’imposition d’objectifs contraignants en terme de protection du climat pour les entreprises.

Selon Greenpeace Suisse, une telle stratégie de relance économique créerait jusqu'à 50'000 emplois dans le pays.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article