Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement autrichien ne veut plus de voile intégral dans l'espace public (image symbolique).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Le port du voile islamique intégral dans les lieux publics sera interdit en Autriche à partir du 1er octobre. Toute infraction sera sanctionnée d'une amende pouvant aller jusqu'à 150 euros (163 francs).

Cette interdiction du voile intégral (burqa ou niqab), déjà valable en France, en Belgique, en Bulgarie ou au Tessin, s'inscrit dans le cadre d'une "loi d'intégration" votée à la mi-mai par le parlement.

L'annonce de cette mesure avait fait débat en Autriche, notamment au sein de la communauté musulmane. Le président de la République Alexander Van der Bellen, un écologiste libéral qui a promulgué le texte vendredi, a estimé qu'il ne s'agissait "pas d'une bonne loi".

"Contrat d'intégration"

"Nous adhérons au principe d'une société ouverte, ce qui suppose une communication ouverte", avait justifié la coalition au pouvoir entre sociaux-démocrates (SPÖ) et conservateurs (ÖVP) lors de la présentation de la mesure.

La loi d'intégration dans laquelle elle s'inscrit prévoit également l'obligation pour les réfugiés et demandeurs d'asile de signer un "contrat d'intégration" d'un an, incluant cours de langue, éducation civique, bilan de compétences et préparation à l'intégration professionnelle.

Kurz veut aller plus loin

Le ministre des Affaires étrangères Sebastian Kurz avait suscité la controverse, au début de l'année, en souhaitant aller au-delà de l'interdiction du voile intégral et bannir le port du foulard dans la fonction publique.

M. Kurz, 30 ans, a pris les commandes du parti conservateur mi-mai et dénoncé la coalition avec le SPÖ, au pouvoir depuis 2007, provoquant l'annonce de législatives anticipées fixées au 15 octobre, un an avant le terme prévu en 2018.

La bataille électorale s'annonce serrée pour la conquête du poste de chancelier entre cette jeune vedette de la politique nationale, l'actuel chef du gouvernement social-démocrate Christian Kern et le dirigeant du Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite), Heinz-Christian Strache.

Projets allemands

Fin avril, les députés allemands ont décidé l'interdiction partielle du voile intégral, proscrit pour les fonctionnaires, tandis que les personnes dont le visage est dissimulé devront se découvrir en cas de vérification d'identité.

En Suisse, le Comité d'Egerkingen a lancé en mars 2016 une initiative populaire pour une telle interdiction sur le plan fédéral. La récolte de signature s'achèvera en septembre.

Au niveau cantonal, seul le Tessin a interdit la burqa dans l'espace public, suite à une votation populaire. L'UDC valaisanne a lancé une initiative dans le même sens en 2015. Ces dernières années, plusieurs parlements cantonaux se sont opposés à une interdiction de la burqa, dont ceux de Berne et de Bâle-Ville. A Glaris, la Landsgemeinde s'est prononcée dans le même sens le mois passé.

ATS