Berne se mobilise pour la Palestine

Pas d'incidents à signaler au cours de cette manifestation chargée d'émotion. Keystone

Environ 10 000 personnes ont pris part samedi à Berne à la manifestation «contre l'occupation et la guerre en Palestine/Israël».

Ce contenu a été publié le 06 avril 2002 - 18:59

Bien que chargée d'émotion, la manifestation s'est déroulée pacifiquement. Elle n'a été que brièvement perturbée lorsque quelques Palestiniens ont essayé d'accéder au podium des orateurs pour exprimer leur colère. Un Suisse d'origine juive a également été empêché de s'exprimer.

La guerre menée par l'armée israélienne et l'engagement armé contre la population civile ont provoqué une vague d'indignation partout dans le monde. «Nous ne pouvons pas nous taire plus longtemps», indiquent les organisateurs.

Ceux-ci - soit une trentaine d'organisations, dont le Parti socialiste et les Verts - soutiennent la résistance du peuple palestinien tout en condamnant les attentats-suicide, qui permettent à Israël de légitimer de nouvelles actions militaires.

La paix est possible

«Le premier ministre Ariel Sharon doit démissionner», a exigé le conseiller national Franco Cavalli (PS/TI) dans son discours. Israël devrait en outre retirer ses troupes des territoires occupés afin que la paix devienne possible. Selon lui, il faudrait notamment aussi mettre un terme au «comportement impérialiste» des Américains.

Sa collègue du Conseil national Anne-Catherine Ménétrey (Verts/VD) a appelé le Conseil fédéral à suspendre immédiatement toute coopération en matière d'armement. La Suisse a la possibilité d'exercer une pression sur la communauté internationale. Pour la politicienne, il serait temps de faire usage de cette possibilité.

La manifestation a pris fin pacifiquement peu après 16h00, après une minute de silence observée pour les victimes du conflit.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article