Navigation

Fenêtre n°23: cantons d’Appenzell Rhodes-Extérieures et Intérieures

Maxime Kathari & Federal Office of Culture

Lauréat du Prix Suisse de musique en 2018, l’Appenzellois Noldi Alder est considéré par l’institution comme «un rénovateur majeur de la musique populaire».

Ce contenu a été publié le 23 décembre 2020 - 10:03

A 67 ans, Noldi Alder est à la musique populaire ce que Mozart était au classique et Michael Jackson à la pop: LA référence. Il vient certes d’une famille de paysans appenzellois dans laquelle on jouait de la musique traditionnelle mais, à cette époque, on n’en faisait pas son métier.

A 35 ans, enfin, Noldi Alder se décide à suivre sa petite voix intérieure et se lance dans des études de musique classique, avec une spécialisation en violon. De ses différentes influences – classique et folklorique – il a fait sa force et sa marque de fabrique: «Mon passe-temps favori est de faire de la musique folklorique en l’entremêlant à d’autres genres comme le classique», disait-il à l’Office fédéral de la cultureLien externe en 2018.

Retrouvez quotidiennement sur notre application 📱SWI plus📱 un résumé de l'actu et échangez entre vous et avec nous sur notre forum.
👉 AndroidLien externe
👉 iPhoneLien externe

End of insertion

Selon lui, la musique populaire a pris une tournure trop rigide au début du XXe siècle et «cela lui a enlevé sa flexibilité». Il considère donc que lui apporter du renouveau aujourd’hui n’est pas chose aisée. «La musique folklorique suisse a des structures très fixes. La renouveler signifie faire fi de ces structures». Ainsi, la plupart du temps, la nouveauté consiste à y intégrer des éléments issus d’autres genres musicaux, indique Noldi Alder dans une interviewLien externe à la Berner Zeitung (en allemand, réservé aux abonnés).

Le jodler, joueur de violon et de hackbrett (un instrument de musique à cordes frappées de la famille des cithares) vit à Urnäsch dans une vieille maison dans laquelle il se sent «profondément bien et libre» et qui se situe à proximité d’une forêt où il aime se ressourcer. Outre sa participation à plusieurs festivals de renom, Noldi Alder s’essaie également à la composition de musique de films, comme tout récemment dans ZwischenweltenLien externe (2020), mais aussi déjà en 2007 dans HeimatklängeLien externe.

Regardez sa performance de hackbrett et de jodle au festival Jazz Geht Baden en 2016:

Contenu externe

L'art dans tous ses états

Cette année, SWI swissinfo.ch a décidé de consacrer son calendrier de l’Avent au monde de la culture – et plus particulièrement de la culture suisse. Concerts annulés, musées fermés, représentations interdites… la crise du coronavirus a durement touché les artistes, tous domaines confondus.

Afin de les soutenir à notre manière et de vous permettre de découvrir leurs univers aussi magiques que variés, nous vous invitons à ouvrir quotidiennement une nouvelle fenêtre, qui dévoilera chaque jour une personnalité. Suivez-nous au gré du mois de décembre et rencontrez ici une rappeuse du Valais, là un danseur de Bâle, ici une écrivaine de Thurgovie, là un trompettiste de Fribourg…

End of insertion
Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.