Voyage dans un Orient paisible et tourmenté

Ici au Kazakhstan avec un marchand, Laurence Deonna est une grande voyageuse. (Photo Laurence Deonna) Lauence Deonna

Laurence Deonna, écrivain et reporter genevoise, publie «De Schéhérazade à la révolution», un livre composé de cent vingt six photos en noir et blanc.

Ce contenu a été publié le 28 mai 2006 - 10:29

Ces clichés illustrent quarante ans de voyage dans un Orient à la fois aimé et craint par l'auteur.

«Les reporters sont aimablement priés de laisser leurs états d'âme au vestiaire.». Faut-il croire Laurence Deonna quand elle écrit ces mots? Comment ne pas laisser transparaître ses peurs ou ses joies intérieures, surtout lorsqu'il s'agit de photos?

Et comment ne pas trahir ses émotions quand on fixe son objectif sur un corps déchiqueté par un obus ou sur des yeux rieurs serrés dans le carcan d'un foulard islamique?

La matière d'une vie

Cent vingt six photos en noir et blanc, agrémentées de très courts commentaires, illustrent quarante ans de «bourlingage» dans le proche et le lointain Orient, si chers au coeur de Laurence Deonna. Laquelle publie ici un livre au titre aussi rêveur que belliqueux: «De Schéhérazade à la révolution».

Comme d'autres Suisses avant elle, comme Nicolas Bouvier, Anne-Marie Schwarzenbach et Ella Maillart (laquelle préface ce livre), Laurence Deonna a fait du voyage la matière de sa vie.

De sa vie artisitique et littéraire s'entend, puisque cette Genevoise «bourlingueuse», auteur et reporter, a écrit jusqu'ici une dizaine de livres et réalisé de nombreuses expositions de photos présentées en Europe, au Canada et aux Etats-Unis.

Les 126 clichés qui composent donc «De Schéhérazade à la révolution» ont été pris entre 1967 et 2004, aussi bien au Moyen-Orient que dans certaines républiques musulmanes d'Asie Centrale ex-soviétique.

La part du lion

Y défilent les steppes enneigées du Kazakhstan, les hauts plateaux d'Ethiopie, les cours silencieuses et recueillies des mosquées de Syrie... Des images d'un Orient paisible donc, enflammé néanmoins par les guerres et le fanatisme religieux.

Guerres et voiles forment d'ailleurs deux chapitres thématiques de ce livre qui en compte seize. La plupart des chapitres porte le nom du pays dans lequel ont été réalisés les clichés: Yémen, Libye, Egypte, Syrie, Ouzbékistan...

La part du lion revient à l'Iran. C'est là d'ailleurs que l'on découvre un vrai regard critique posé par Laurence Deonna sur un pays que la révolution islamique a ravagé.

Humour et malaise

C'est là aussi que l'humour de l'auteur détrône le malaise. En témoigne cette photo prise dans une rue deTéhéran: une marée de femmes en prière, habillées de blanc, prosternées, dos rond, face au sol. On aurait dit un troupeau de moutons que l'on mène à l'abattage.

Autre photo iranienne: une jeune femme en tchador noir, prise de face. On voit sa bouche, son nez, ses yeux. Le front est partiellement caché par un voile blanc qui entoure le visage et descend jusqu'au cou. A la main, elle tient des photos-passeport, disposées en forme de croix. Des photos de ses frères et cousins tués durant la guerre contre l'Irak.

Sainte Thérèse d'Avila

Le flash est immédiat: c'est Sainte Thérèse d'Avila, comme elle apparaît dans certaines icônes. Et à côté de cette photo édifiante, ce commentaire de l'auteur: «Dis, toi la journaliste! Tu crois que c'est vrai ce qu'ils nous racontent avec leurs histoires de martyrs et tout ça?»

C'est terrible, à force de justesse et d'humour. Dommage que les autres photos du livre ne brillent pas par la même force critique!

swissinfo, Ghania Adamo

Faits

Quelques livres de Laurence Deonna:

«La Guerre à deux voix», Labor et Fides, 1986.
«Du Fond de ma valise» La Baconnière, 1989.
«Mon Enfant vaut plus que leur pétrole», Labor et Fides, 1992.
«Syriens, syriennes » (1992-1994), Zoé, 1995.
«Persianeries, Reportages dans l'Iran des mollahs» (1985-1998), Zoé, 1998.
«Kazakhstan. Bourlinguer en Asie centrale postcommuniste», Zoé, 2001.
«De Schéhérazade à la révolution» Photographies, Zoé, 2006.

End of insertion

En bref

- Laurence Deonna est née à Genève.

- Ecrivain-reporter, elle bourlingue depuis 40 ans au Moyen-Orient, au Yémen, en Iran, ainsi que dans les républiques musulmanes d'Asie centrale ex-soviétique.

- Elle est l'une des plus grandes spécialistes de la femme en Islam.

- Elle travaille pour un grand nombre de journaux, agences et magazines ainsi que pour la chaîne de TV britannique Frontline Television. Egalement photographe, elle expose dans de nombreux pays.

- Prix Unesco 1987 de l'éducation à la paix pour son livre «La Guerre à deux voix».

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article