Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Question jurassienne Les ingrédients étaient réunis pour une guerre civile en Suisse

Jura (en rouge) ou Berne (en beige)?

Jura (en rouge) ou Berne (en beige)?

(swissinfo.ch)

Le 18 juin, les citoyens de Moutier votent pour décider s’ils restent dans le canton de Berne ou s’ils rejoignent celui du Jura. Ce devrait être le dernier acte de la question jurassienne, résolue de manière largement pacifique et démocratique. Pourtant, ce conflit avait tout pour dégénérer en escalade. Le politologue Wolf Linder explique pourquoi cela n’est pas arrivé.

«Ici, nous avons eu de la chance dans notre histoire suisse», dit Wolf Linder, presque 40 ans après que les citoyens suisses ont accepté en votation populaire la création d’un nouveau canton: le JuraLien externe.

La conclusion de l’ancien professeur de Science politique à l’Université de Berne donne à réfléchir: et si la Suisse moderne, qui depuis sa création en 1848 n’avait connu que la paix intérieure, était passée à la fin des années 1970 près d’un scénario de guerre civile?

Le politologue commence par rappeler que comme tous les pays, la Suisse est aussi marquée par les conflits. Les grandes lignes ont été et sont encore à l’heure actuelle les fossés de la langue (allemand/français), de la confession (catholique/protestant), de la ville contre la campagne, ainsi que du capital contre le travail (conflit social).

Ce qui a été déterminant pour la maîtrise et la résolution pacifique de ces conflits, selon Wolf Linder, c’est que les lignes de séparation n’étaient pas toutes parallèles. En Suisse en effet, les lignes de conflit se croisent parfois et traversent les camps.

Le conflit pour l’autonomie du Jura fait toutefois exception: «Ici, on avait une minorité plutôt pauvre, catholique et francophone qui se battait pour se séparer du canton de Berne». Les Jurassiens se sentaient discriminés par la majorité bernoise germanophone, protestante et économiquement solide. Dans les années 1960 et 1970, ils ont formé un puissant mouvement populaire sous la bannière du «Jura libre».

A cette époque, la question jurassienne aurait aussi pu dégénérer en actes de violence, voire même en effusion de sang. Le fait que cela ne soit pas arrivé, fort heureusement, comme le dit clairement Wolf Linder, tient aux principes de modération et de soutien démocratique. Les deux, soit la recherche d’une solution équilibrée à la table des négociations et la légitimation des résultats intermédiaires par votation populaire sont fondamentaux pour le système démocratique suisse. Et quand ces mécanismes font défaut, on peut arriver à une catastrophe.


Le 18 juin ou le vote de la «première ligne»

Moutier se trouve à la frontière entre les cantons de Berne et du Jura (créé en 1978). Elle joue un rôle historique dans la question jurassienne: bien qu’elle soit restée avec Berne, elle élit depuis des décennies un maire et des autorités majoritairement pro-jurassiennes.

Le 18 juin, la ville vote pour la cinquième fois (directement ou indirectement) sur son appartenance cantonale. En principe, ce sera la dernière. Le scrutin s’annonce très serré, et personne ne peut en prédire l’issue. La Confédération enverra des observateurs sur place.

Fin de l'infobox



(Traduction de l’allemand: Marc-André Miserez)

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×