Des petits pandas "maltraités", le web s'enflamme

Le directeur du centre de reproduction de Chengdu a jugé la méthode des soigneurs inappropriée. Les ursidés doivent être traités "avec douceur" (archives). KEYSTONE/AP CHINATOPIX sda-ats

Une vidéo montrant de jeunes pandas traînés et jetés par leurs soigneurs en Chine a déclenché un tollé sur Internet. Des accusations de maltraitance à l'égard de l'animal, immensément respecté dans le pays, ont fusé.

Les images, très partagées sur les réseaux sociaux, montrent des gardiens tentant de repousser un duo de petits ursidés voulant sortir par la porte de leur enclos. Ils empoignent fermement à plusieurs reprises les pandas et les projettent au niveau du sol.

La scène s'est déroulée dans le centre de reproduction des pandas de Chengdu (sud-ouest).

"Ça me met en colère de voir ça! C'est de la maltraitance", a estimé un internaute sur le réseau social chinois Weibo. "Cela va trop loin!!! Ne deviens pas éleveur si tu n'as pas de patience", a réagit un autre utilisateur.

"Avec douceur"

Dans une interview accordée au site internet chinois d'information The Paper, le directeur du centre de reproduction de Chengdu a jugé la méthode des soigneurs inappropriée. Et d'ajouter que les pandas devaient être traités "avec douceur".

Il a cependant précisé que les gardiens avaient été blessés aux mains et aux pieds par les deux turbulents petits ursidés, ce qui n'apparaît pas sur la vidéo diffusée sur Internet.

Selon des estimations, il reste en liberté un peu moins de 2000 de ces animaux au pelage noir et blanc et aux oreilles rondes, dans trois provinces du centre-sud de la Chine. L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) avait sorti en septembre l'animal de la liste des espèces "en danger", soulignant l'efficacité des efforts entrepris par la Chine pour sauver l'ursidé.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article