Dix arrestations après le braconnage d'un panda en Chine

La police chinoise a arrêté dix personnes suspectées d'avoir tué un panda géant vivant à l'état sauvage, a rapporté la presse officielle mercredi. D'autres sont accusées d'avoir participé à la vente de sa viande et de sa fourrure.

La peau, une dizaine de kilos de viande, quatre os et la vésicule biliaire du mammifère avaient été retrouvés en décembre, ce qui avait lancé les enquêteurs sur la piste d'un trafic clandestin, a rappelé la télévision CCTV.

Les investigations ont permis de remonter à deux frères, soupçonnés d'avoir tué par balle cette femelle panda près de Zhaotong, dans la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine). Les autres suspects détenus sont accusés d'avoir vendu ou acheté des parties du panda dépecé.

Trafic rare

De nombreux Chinois prêtent des vertus thérapeutiques à certains produits issus des plantigrades, notamment la bile d'ours, ou considèrent leur viande comme un mets délicat. Mais il est rare d'entendre parler de trafic de viande de panda, espèce menacée considérée comme un "trésor national" en Chine.

Il ne reste plus que quelque 1800 pandas en liberté dans le monde et environ 400 en captivité, principalement dans le sud-ouest de la Chine.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article