Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

A Davos, Angela Merkel campe sur ses positions

(Keystone)

La Chancelière allemande doute qu'un doublement des fonds de secours pour la zone euro suffise à restaurer la confiance. Un message lancé en ouverture du Forum économique de Davos.

«La confiance s'est envolée parce que l'Europe n'a pas tenu ses promesses», a déclaré Angela Merkel dans la station grisonne, mettant en doute le fait qu'augmenter la capacité des fonds de secours de la zone euro puisse rassurer les marchés.

«Maintenant ils disent: ‘il faut doubler la capacité’. S'il était deux fois plus gros, nous vous ferions confiance», a expliqué Angela Merkel lors du discours d'ouverture du 42e Forum économique mondial de Davos.

«Certains disent: ‘il faudrait même qu'il soit trois fois plus gros, et là nous vous ferions vraiment confiance’. Et je me demande à chaque fois pour combien de temps ceci est crédible et quand cela cesse de l'être».

«Ce que nous ne voulons pas (en Allemagne) c'est une situation dans laquelle nous promettons quelque chose que nous ne pouvons pas tenir au final, parce que si l'Allemagne promet quelque chose qu'elle ne peut pas tenir, si les marchés l'attaquent fortement, alors l'Europe sera vraiment vulnérable », a-t-elle ajouté.

Selon la cheffe du gouvernement allemand, l'Europe a déjà perdu une bonne partie de la confiance des investisseurs: «La confiance a été perdue parce que quelqu'un a dit: ‘Ils ont promis quelque chose qu'ils n'ont pas fait par la suite’. La confiance est la monnaie la plus importante qu'on puisse avoir dans le monde en ce moment. »

Evoquant ainsi les "pare-feux" financiers que l'Europe cherche à mettre en place et à renforcer, Angela Merkel a confirmé qu'elle jugeait les montants actuels suffisants pour faire face à la crise.

Le fonds de secours actuel, le FESF, dispose de quelque 250 milliards d'euros, et son successeur qui, lui, sera un mécanisme permanent, le MES, disposera de quelque 500 milliards d'euros.

swissinfo.ch et les agences

Angela Merkel en ouverture du 42e Forum économique mondial de Davos. (Keystone/Jean-Christophe Bott)

(Keystone)


Liens

×