Navigation

Le vaccin de Moderna et Lonza, une aubaine pour la région de Viège

Le site de Lonza, à Vièges, en Valais, le 6 octobre 2020. Keystone / Olivier Maire

Approuvé mardi par Swissmedic, le vaccin de l’américain Moderna est déjà en train d’être fabriqué sur le site de Lonza à Viège (Valais). Et, alors que le groupe pharmaceutique avait besoin de redorer sa réputation, c’est toute une région qui en bénéficie.

Ce contenu a été publié le 15 janvier 2021 - 10:08
Virginie Langerock (RTS)

En descendant du train à Viège, on ne peut pas se tromper: à gauche, un panneau indique le centre-ville et, à droite, un autre mène au site industriel de Lonza, au bord du Rhône.

La cité valaisanne est en effet étroitement liée au groupe pharmaceutique bâlois. Implanté depuis 1909, il occupe désormais un tiers de la commune et il a même financé et donné son nom à la patinoire, la Lonza Arena.

Cet investissement a en partie fait oublier le scandale de la pollution au mercure qui entache sa réputation depuis dix ans. Le groupe a aussi récemment misé sur l’essor des biotechnologies, investissant un milliard pour s’associer avec des laboratoires et produire de nouveaux médicaments. Une nouvelle usine est également sortie de terre.

Et la production du vaccin de Moderna offre encore une nouvelle visibilité positive à Lonza.

Contenu externe

4000 employés

Le partenariat conclu avec la firme américaine contribue en effet au dynamisme de la région. Pour faire fonctionner ses trois lignes de fabrication, Lonza a déjà embauché 200 personnes et devrait encore créer une centaine de postes cette année.

Dès février, ce sont 800'000 doses de substance active qui pourraient sortir chaque jour de l’usine. Elles seront ensuite chargées sur des camions pour prendre la direction de deux laboratoires situés près de Madrid et dans l’ouest de la France afin d’y être mises en flacons pour les injections destinées au marché européen.

En tout, le site emploiera 4000 personnes.

Une aubaine pour la commune

Interrogé jeudi dans La Matinale, le président de la ville Niklaus Furger estime que la présence de Lonza est une aubaine: «Aujourd’hui, nous sommes un lieu industriel d’envergure internationale. Cela lance des défis à la commune et à toute la région qui voit arriver beaucoup de nouveaux habitants qui veulent travailler à Viège.»

Viège est en effet une ville de 8000 habitants, mais la croissance démographique a atteint 20% au cours des quinze dernières années et la localité compte désormais entre 9000 et 10'000 postes de travail, donc plus de postes de travail que d’habitants, précise Niklaus Furger.

Et le président de la ville d’ajouter: «Nous sommes certainement le moteur économique de la région du Haut-Valais. Et cela a aussi une grande signification pour le canton.»

Un secteur qui contribue pour 25% au PIB du canton

Et au-delà de Viège, la présence de Lonza a aussi des retombées concrètes pour le canton. Le Valais compte en effet plus de 6000 personnes employées dans une centaine d’entreprises actives dans les sciences de la vie.

Et c’est en Valais que se trouve la plus grande concentration de sociétés pharmaceutiques et biotechnologiques du pays après Bâle. Progressivement, l’industrie chimique qui s’était installée dans la plaine du Rhône se tourne vers la biotechnologie.

Damien Constantin, directeur de la promotion du canton, constate que le Valais est souvent perçu comme un canton avec une offre touristique et une offre agricole avec le vin, les abricots ou le fromage. «Mais, ajoute-t-il, le Valais, c’est beaucoup plus que cela, il est innovateur avec Lonza, Novelis, Bosch et autres. Cette industrie participe à plus de 25% au produit intérieur brut du canton.»

Et le contrat signé entre Lonza et Moderna y contribue. Pour rappel, l’Europe a acheté 160 millions de doses du vaccin et la Suisse 7,5 millions. Rien que cette année, l’équivalent de 300 millions de doses de substance active du vaccin sortiront des usines de Viège.

Contenu externe

Les commentaires ont été désactivés pour cet article. Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.