Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Unaxis passe en mains autrichiennes

Les Autrichiens Kovats (à d.) et Pecik avaient été tenus en échec lors de l'assemblée générale du 26 avril.

(Keystone)

Les familles fondatrices vendent leurs parts restantes dans l’ex-Oerlikon-Bührle à la société d’investissement Victory, premier actionnaire du groupe.

Une rude bataille s’achève pour le contrôle du groupe technologique, ancien fleuron de l’industrie helvétique.

Après des semaines de tergiversations et de crispations, les financiers autrichiens et les familles fondatrices d’Unaxis, ex-Oerlikon-Bührle, ont trouvé un accord.

Ces dernières annoncent la vente de leur participation d’à peine plus de 20% dans le groupe technologique. L'acheteur est connu puisqu’il était déjà actionnaire du groupe pour 34,04% du capital. Il s’agit de la société autrichienne Victory Industriebeteiligung, contrôlées par les investisseurs Ronny Pecik et Mirko Kovats.

Techniquement, cette opération doit se faire en deux étapes. Victory a déjà acquis une participation de 7% environ. Le solde des actions sera cédé à Victory dès que «certaines conditions auront été remplies».

Mais la transaction devrait être conclue au plus tard le 20 juin 2005, indique Ihag Holding, la fondation qui détient les parts des familles Anda-Bührle.

Ihag précise qu'une solution et une structure de l'actionnariat claires sont «dans l'intérêt du groupe, de ses collaborateurs et de ses clients».

Les nouveaux actionnaires pourront maintenant tenir leurs promesses et développer Unaxis conformément à leurs intentions, proclamées depuis plusieurs mois, précise la partie helvétique.

Au terme de l'assemblée générale extraordinaire agendée le 28 juin, Victory détiendra donc la majorité des titres d’Unaxis. Mais les Autrichiens ont déjà indiqué dans la presse qu’ils ne pensent pas se dessaisir de leur participation rapidement et qu’une reprise de l’entier du capital n’est pas exclue.

Unaxis compte actuellement près de 18’000 actionnaires, dont un grand nombre de petits porteurs.

Objectif croissance

Ronny Pecik et Mirko Kovats ont déjà investi pas moins d'un milliard de francs pour acheter des actions du groupe, dont 40% a été financé par des fonds propres.

Forts de leur expérience industrielle, les Autrichiens projettent de remettre Unaxis sur la voie de la croissance. Ils estiment son potentiel insuffisamment exploité.

Pris dans l'oeil du cyclone, Unaxis s'active d'ailleurs déjà à redresser sa rentabilité. Le groupe sis à Pfäffikon (SZ) avait annoncé début mai la restructuration de sa division Vacuum Solutions (pompes à vide) et la perte de 220 postes d'ici fin 2006.

L'an dernier, Unaxis a replongé dans des chiffres rouges foncés. Le groupe a essuyé une perte de 378 millions de francs, contre un bénéfice de 32 millions un an plus tôt. Son chiffre d'affaires s'est de son côté accru de 15% par rapport à 2003 pour se fixer à 1,85 milliard.

Titre en baisse

En dehors de la technique du vide, Unaxis repose sur quatre autres divisions: les machines de production de semi-conducteurs et d'écrans plats (avec notamment la société zougoise Esec), les supports de données, le revêtement d'outils et de composants et les composants optiques et spatiaux.

Au-delà des critiques sur le management formulées par Victory, il faut voir qu’Unaxis évolue dans des activités fortement cycliques. Ces quinze dernières années, le groupe s'est débarrassé de son secteur historique de l'armement pour devenir un acteur spécialisé dans les techonologies des couches minces, du vide et de précision.

Lundi, l'action Unaxis évoluait à la baisse sur un marché à peine haussier.

swissinfo et les agences

Faits

Victory cherchait à s’octroyer le contrôle d’Unaxis depuis le début de l’année.
11 février: Victory achète 12% du capital du groupe, Ihag conserve 21,5% et la Banque cantonale de Zurich 11,26%.
23 février: la participation de Victory passe à 21,6%.
5 avril: Victory ne dispose que de 16,4% des droits de vote.
25 avril: Victory annonce vouloir contrôler 51% du capital d’Unaxis.
26 avril: victoire d’étape des familles fondatrices lors de l’assemblée générale.
28 avril: la commission des OPA se penche sur le dossier de l'offre de rachat des titres Unaxis.
13 mai: ladite commission émet ses premières recommandations.
23 mai: les familles Anda et Bührle se retirent et vendent à Victory.
28 juin: assemblée générale extraordinaire.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.