Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ 300 personnes ont manifesté à Lausanne contre le Sommet consacré au commerce des matières premières.

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Environ 300 personnes ont défilé lundi en fin d'après-midi à Lausanne sous forte surveillance policière. Elles ont dénoncé le Sommet des matières premières qui se tient dans un palace au bord du lac.

"Tout le monde déteste les traders", ont crié les manifestants à Ouchy, à quelques encablures du Beau-Rivage où se déroule pour la sixième année consécutive la réunion des négociants en matières premières.

Beaucoup de policiers

"Dégagez les traders", "Stop au pillage de la Terre", les opposants ont donné de la voix tout au long de leur parcours commencé à la place Saint-François. Très présente, la police les a suivis de près, sans parler d'un dispositif conséquent autour de l'hôtel.

Par le passé, la manifestation s'était montrée plus mouvementée, avec des tentatives d'entrer dans l'hôtel, entraînant une riposte ferme des forces de l'ordre. De nombreux coups de sprays au poivre avaient suscité la polémique.

Pas de répit

Les manifestants ont appelé cette fois à un apéritif festif, tout en installant une sono réglée au maximum. "Les traders du Beau-Rivage, nous les empêcherons de dormir", ont-ils lancé, alors que les joggeurs cherchaient à poursuivre leur entraînement sur les quais.

La Suisse a été aussi vertement critiquée pour sa politique d'accueil des multinationales du commerce de matières premières. Il faut supprimer les privilèges fiscaux octroyés à cette activité. "Ces places de travail, on n'en veut pas", ont scandé les manifestants, estimant que ce profit se fait sur le dos des pays du sud.

ATS