Expo 02 veut une sécurité totale pour les arteplages

Au printemps, deux pieux s’étaient effondrés sous l'arteplage de Neuchâtel. Keystone

Trente pour cent des pieux ne résisteraient pas, selon «24 Heures». Le quotidien cite samedi le rapport du professeur Hirt de l'EPFL, chargé de vérifier la qualité des pieux censés soutenir les arteplages. Expo 02 envisage d'autres solutions.

Ce contenu a été publié le 09 septembre 2000 - 16:32

Le porte-parole d'Expo 02 n'a ni confirmé ni infirmé le chiffre avancé par le quotidien «24 Heures». «Si un certain pourcentage de pieux se révèle problématique, Expo 02 demandera des tests supplémentaires ou des mesures complémentaires», a précisé Laurent Paoliello. «Nous voulons une sécurité à cent pour cent». Les responsables de l'exposition nationale attendent notamment les résultats détaillés du rapport du professeur Manfred Hirt.

A Neuchâtel, deux pieux s'étaient effondrés au printemps. Pour exclure tout problème de sécurité, les pieux pourraient par exemple être doublés par un chemisage. Des renforts latéraux sont également envisagés pour assurer la stabilité de l'arteplage. Les coûts de ces travaux seraient à la charge de l'entreprise Batigroup, a affirmé le porte-parole.

Il a confirmé que de nouvelles solutions étaient étudiées pour les autres sites. A Morat, il est par exemple envisagé de remplacer les pieux par des flotteurs. A Yverdon, les pilotis pourraient être disposés différemment ou fabriqués avec une autre matière comme le béton ou l'acier.

«Ces changements éventuels n'ont rien à voir avec les problèmes rencontrés à Neuchâtel», a immédiatement ajouté Laurent Paoliello. L'objectif est de respecter les budgets. Ces modifications pourraient amener à de nouveaux appels d'offre.

Dans un communiqué, Batigroup a indiqué samedi que les travaux à Neuchâtel arrivaient à leur terme. L'entreprise bâloise prévoit de remettre l'ouvrage dès le 19 septembre. A Bienne, les travaux avanceraient selon la planification. A Morat et Yverdon, en revanche, seuls des tests ont été réalisés jusqu'ici.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article