Hong Kong: Leung Chun-ying refuse la démission et offre un dialogue

Le chef de l'exécutif de Hong Kong, Leung Chun-ying, a exclu jeudi de démissionner. Il a affirmé que la poursuite de l'occupation de bâtiments publics par ses opposants risquait d'avoir de graves conséquences. Il a toutefois offert de dialoguer avec les protestataires.

S'exprimant quelques minutes avant l'expiration de l'ultimatum lancé par les manifestants qui exigent son départ, Leung a précisé que son adjointe, Carrie Lam, organiserait une réunion avec les étudiants contestataires pour discuter des réformes politiques. Il n'a pas dit quand cette réunion aurait lieu.

Quelques heures plus tôt, le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong avait demandé aux manifestants, qui réclament une démocratisation et la démission du chef de l'exécutif, de lever immédiatement leur blocus du centre de la mégapole. Il estime que leur mouvement nuit à l'ordre public et à la bonne marche des services.

Les autorités semblent vouloir éviter une nouvelle confrontation. Les manifestants refusent de leur côté la moindre concession tant que le chef de l'exécutif, Leung Chun-yin, perçu comme la marionnette du Parti communiste chinois (PCC), reste en place.

Brèves échauffourées

De brèves échauffourées ont éclaté jeudi après-midi lorsque des manifestants ont vu des policiers décharger des caisses en bois et des fûts en métal. Sur des images relayées par les internautes, on peut lire sur les caisses: "Round, 38 mm rubber baton multi", ce qui désigne sans équivoque des balles en caoutchouc.

Sur un fût, les lettres "CS" laissent penser à des projectiles de gaz lacrymogène, parfois désigné en anglais d'après les initiales de ses inventeurs.

Soutien "ferme et intangible"

Le chef de l'exécutif Leung Chun-ying a à nouveau reçu de Pékin un soutien "ferme et intangible" par la voix du "Quotidien du Peuple", organe du Parti communiste au pouvoir.

Et Pékin a prévenu Washington qu'il ne fallait pas se mêler de cette crise politique, la plus grave depuis la rétrocession. "Les affaires de Hong Kong sont les affaires intérieures de la Chine", a lancé le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi à son homologue américain John Kerry qui le recevait à Washington.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article