Incident entre un avion américain et des chasseurs chinois

Le Boeing WC-135 est conçu pour détecter les radiations (archives). KEYSTONE/EPA/NICOLAS-NELSON RICHARD/HANDOUT sda-ats

Deux avions de chasse chinois ont intercepté mercredi un appareil américain de manière "non professionnelle" dans l'espace aérien international au-dessus de la mer de Chine orientale, a rapporté jeudi l'US Air Force. Pékin revendique la quasi-intégralité de la région.

L'affaire "est en cours de règlement avec la Chine via les canaux diplomatiques et militaires appropriés", a déclaré la porte-parole de l'armée de l'air américaine.

L'avion américain, un Boeing WC-135 Constant Phoenix conçu pour détecter les radiations, effectuait une mission de routine et opérait conformément au droit international, a-t-elle assuré. L'équipage a signalé l'incident en raison "des manoeuvres des pilotes chinois, des vitesses et de la proximité des avions", a-t-elle dit.

La Chine se méfie de toute activité militaire américaine au-dessus de la mer de Chine méridionale, qu'elle revendique dans sa quasi-intégralité.

Incursion chinoise

Le même jour, le Japon a fait décoller sa chasse après l'intrusion en mer de Chine orientale de quatre navires des gardes-côtes chinois, accompagnés d'un drone, dans un secteur des îles Senkaku, contrôlées par Tokyo mais revendiquées par Pékin. Il s'agit de la 13e incursion chinoise depuis le début de l'année dans la région, selon le Japon.

"Cela envenime la situation et c'est absolument inacceptable", a déclaré la ministre japonaise de la défense Tomomi Inada vendredi. Deux F-15, un E-2C et un avion de surveillance Awacs ont été envoyés sur place.

Le ministère japonais des affaires étrangères a protesté par téléphone auprès de l'ambassade de Chine à Tokyo, qui a réitéré la position de Pékin concernant ces îlots.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article