L'aventure des Suisses est terminée

Le Canadien Brad Schlegel (à gauche) à la lutte avec le Suisse Martin Pluss. Keystone

Battus 3-2 par le Canada, la Suisse a subi une 4e défaite lors des Mondiaux. Celle-ci l'élimine définitivement de la course aux quarts de finale.

Ce contenu a été publié le 03 mai 2002 - 23:05

Réelle métamorphose ou chant du cygne? La question posée à l'issue de la très bonne partie des Suisses contre le Canada a trouvé réponse quelques heures plus tard seulement.

Malgré la défaite, le dernier sursaut d'orgueil des protégés de Ralph Krueger laissait en effet encore planer un léger doute. Au bénéfice d'un extraordinaire concours de circonstances, les Suisses pouvaient encore mathématiquement accéder aux quarts de finale.

Mais il n'y aura pas de miracle. En disposant 3 à 2 de la Lettonie, l'Allemagne a rapidement mis un terme au suspense. La marche victorieuse de la «Mannschaft» continue. Conséquence directe: Suisses et Lettons joueront une ultime partie pour l'honneur.

Dernier sursaut d'orgueil des Suisses

Formidables de courage et d'abnégation face aux Canadiens durant quarante minutes, les internationaux à croix blanche leur ont longtemps contesté la victoire.

Et malgré ce nouveau revers, rageant, ils sont sortis la tête haute de leur antépénultième confrontation. Ravivant du même coup des regrets légitimes.

Sans complexe face au Champion olympique en titre - qui ne comptait certes dans ses rangs que deux joueurs à avoir fêté le titre de Salt Lake City - les Suisses ont en effet réussi à marquer les premiers. En supériorité numérique.

A l'image du match contre le Japon, c'est une nouvelle le vétéran Jean-Jacques Aeschlimann qui montrait la voie à suivre à ses coéquipiers.

Menant au score après deux tiers temps, ils n'ont cependant pas été en mesure de résister au retour en force de l'équipe à la feuille d'érable dans l'ultime période. La combativité seule a ses limites.

La fougue finit toujours par s'émousser. Plus puissants, les Canadiens ont profité d'une petite baisse de régime de leur adversaire pour placer leurs banderilles et le terrasser.

La Suisse ne se relèvera pas. L'objectif déclaré est une nouvelle fois manqué. L'échec cuisant. Et il faudra plus qu'une simple victoire contre la Lettonie pour panser les plaies d'une équipe à la dérive.

swissinfo/ Mathias Froidevaux à Karlstad

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article