L'Irak au cœur du WEF en Jordanie

A Shouneh, la tente qui a abrité la Conférence du World Economic Forum. Keystone

A la Conférence du World Economic Forum (WEF) en Jordanie, la ministre suisse des affaires étrangères a insisté sur une reconstruction multilatérale de l'Irak.

Ce contenu a été publié le 22 juin 2003 - 18:40

Pour Micheline Calmy-Rey, une occupation à long terme devient un facteur d'instabilité.

L'avenir de l'Irak et les violences au Proche Orient ont effectivement étés au centre des discussions du WEF, à Shouneh, en Jordanie.

«Le nouvel Irak doit contribuer à la paix et à la stabilité au Moyen-Orient et dans le monde», a déclaré la ministre, lors d'une table ronde organisée par le Forum économique mondial (WEF), sur le thème de l'après-Saddam Hussein.

Comparant l'Irak et le conflit israélo-palestinien, la cheffe de la diplomatie suisse a mis en garde contre tout système d'occupation militaire.

«Loin d'être un facteur stabilisateur, a souligné Micheline Calmy.Rey, l'occupation devient facteur d'instabilité et rend difficile la gestion d'une transition vers une démocratie».

Un gouvernement irakien

Et d'ajouter: «nous sommes convaincus que la résolution 1483 de l'ONU sur la reconstruction de l'Irak doit être une substantielle garantie pour une approche multilatérale et une coordination effective entre donateurs».

Par ailleurs, la Conseillère fédérale a estimé que la «population irakienne doit elle-même choisir son gouvernement et son système politique. C'est seulement à partir de là que la communauté internationale pourra entamer son processus de reconstruction».

Un discours qui a visiblement séduit le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa:«Nous voulons voir un gouvernement irakien, appelez le provisoire, appelez le temporaire. Nous voulons traiter avec un gouvernement irakien», a-t-il souligné, jugeant «insuffisante» la création d'un «conseil politique» par les forces d'occupation.

Conférence sur la reconstruction

De son côté, le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan a discuté de la reconstruction de l'Irak avec l'administrateur américain Paul Bremer.

A l'issue de la rencontre, il a annoncé la tenue la semaine prochaine à New York d'une conférence sur ce sujet en présence d'une délégation irakienne.

Il a espéré que cette conférence «poussera les pays donateurs à être généreux», soulignant que la reconstruction «permettra de créer des opportunités de travail que peuvent faire les Irakiens».

Conflit au Proche-Orient

Quant au conflit israélo-palestinien, il a été le second grand thème de ce forum. Le quartette sur le Proche-Orient - réunissant Kofi Annan et les chefs de la diplomatie américaine Colin Powell, russe Igor Ivanov et européenne Javier Solana - a critiqué Israël pour la mort de civils palestiniens lors d'opérations contre des dirigeants de groupes radicaux, et ont appelé à rompre le cycle des violences.

Micheline Calmy-Rey, quant-à-elle, a eu plusieurs rencontres bilatérales avec ses homologues allemand Joschka Fischer, palestinen Nabil Chaath, espagnole Ana de Palacio et avec le ministre serbe des finances Bozidar Djelic.

Ces entretiens ont été brefs et les thèmes abordés allaient de la situation au Proche-Orient à celle en Irak, a précisé son porte- parole Simon Hubacher. Selon lui, le discours de la ministre des affaires étrangères a suscité «d'intéressantes discussions».

swissinfo et les agences

Faits

Durant deux jours, plus de 1200 participants de 65 nationalités ont répondu présents à la réunion jordanienne.

Le WEF a lancé cinq initiatives pour la paix et le développement au Proche-Orient.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article