Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sur la semaine, l'indice vedette de SIX a cependant gagné 3%, ayant profité de l'euphorie qui a suivi l'arrivée en tête d'Emmanuel Macron au 1er tour de la présidentielle française, dimanche passé (archives).

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé la semaine dans le rouge. A la clôture, l'indice des vingt valeurs vedettes Swiss Market Index (SMI) a fini en baisse de 0,36% pour s'établir à 8812,67 points.

A New York, Wall Street hésitait en début de séance, face à une actualité très riche, entre des résultats largement favorables de grandes entreprises, un chiffre morose sur la croissance américaine et des tensions géopolitiques. En zone euro, la hausse des prix a atteint 1,9% en avril, proche des 2% visés par la Banque centrale européenne et alors que les analystes avaient prévu une hausse de 1,8%.

Le SMI a terminé en recul de 0,36% à 8812,67 points. Sur la semaine, l'indice vedette de SIX a cependant gagné 3%, ayant profité de l'euphorie qui a suivi l'arrivée en tête d'Emmanuel Macron au 1er tour de la présidentielle française, dimanche passé. Le SLI a fini vendredi en baisse de 0,22% à 1409,23 points et le SPI a cédé 0,23% à 9976,11 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 19 ont reculé, neuf ont avancé et deux ont fini stables.

UBS en tête

UBS (+2,1%) a caracolé en tête de classement toute la journée. La banque aux trois clés a nettement dépassé les attentes avec ses chiffres du 1er trimestre. Julius Bär a gagné 2,2%.

L'assemblée générale de Credit Suisse (-0,8%) a permis à certains actionnaires de manifester leur grogne à propos notamment des rémunérations de la direction et du conseil d'administration. Cette fronde n'est toutefois pas allée jusqu'à rejeter les rapports des rémunérations. Le président Rohner a par ailleurs été confortablement réélu avec plus de 90% des votes.

Dans le camp du luxe, Richemont (-1,3%) a nettement reculé au lendemain des chiffres des exportations horlogères en mars de la veille, à la hausse pour la première fois depuis 20 mois. Swatch (-0,4%) a mieux résisté.

Les poids lourds ont pesé plus ou moins fortement sur l'indice. Roche a fini stable. Novartis a cédé 0,5% et Nestlé 1,0%. Adecco (-1,2% ou 0,90 franc) était traité hors dividende de 1,50 franc. Les autres gros perdants, sans l'excuse du dividende, sont Actelion (-3,0%, lanterne rouge) et Lonza (-1,5%).

Morgan Stanley a abaissé l'objectif de cours de l'action Swisscom (-0,5%) et a confirmé "underweight". L'analyste note que le géant bleu profite de la qualité élevée de son réseau et d'un solide bilan, mais la valorisation n'autorise pas un relèvement de recommandation actuellement.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS