La Chine pourvoyeuse d'instruments de torture à l'Afrique et l'Asie

La Chine favorise les violations des droits de l'Homme dans divers pays d'Afrique et d'Asie en y exportant toute une gamme d'instruments de torture, dénonce dans un rapport Amnesty International. Plus d'une centaine d'entreprises sont pointées du doigt.

Des matraques électriques aux fers aux pieds, en passant par les bâtons cloutés ou les sièges immobilisant les détenus, plus de 130 entreprises chinoises profitent de ce commerce en plein essor, détaille l'organisation de défense des droits de l'Homme. Ces entreprises, pour la plupart des sociétés d'Etat, n'étaient qu'au nombre de 28 il y a dix ans.

Intrinsèquement cruels et inhumains

Certains des articles commercialisés "sont intrinsèquement cruels et inhumains et devraient donc être bannis sur-le-champ", souligne Amnesty. Ainsi, sept sociétés chinoises proposent dans leur catalogue des bâtons hérissés de pointes métalliques. De tels instruments ont été utilisés par la police au Cambodge et exportés aux forces de sécurité du Népal et de la Thaïlande, selon Amnesty.

Une entreprise nommée China Xinxing Import/Export a indiqué en 2012 avoir des relations commerciales avec plus de 40 pays africains.

Cette société vend notamment des poucettes (menottes à pouces) et des matraques électriques, ce dernier "outil" pouvant être utilisé pour appliquer des décharges extrêmement douloureuses sur des zones corporelles telles que les parties génitales, l'aine, la gorge ou les oreilles.

De telles matraques ont, selon Amnesty, été vues aux mains de policiers au Ghana, en Egypte, au Sénégal ou à Madagascar.

Système d'exportation vicié

D'autres matériels, qui peuvent avoir une utilisation légitime dans un cadre de maintien de l'ordre - comme des véhicules anti-émeute, du gaz lacrymogène ou des projectiles en plastique - sont vendus à des polices connues pour commettre de graves abus.

"Le système d'exportation vicié de la Chine a permis au commerce de la torture et de la répression de prospérer", déplore Amnesty International.

Rapport partial

Invité à réagir sur ce rapport, le ministère chinois des Affaires étrangères l'a rejeté en bloc, en accusant Amnesty International d'avoir effectué une enquête à charge.

"J'ai le plaisir de vous rappeler que cette organisation internationale fait toujours preuve de partialité envers la Chine, et je doute profondément de l'honnêteté de ce rapport", a commenté Mme Hua Chunying, porte-parole du ministère.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article