Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse est relativement peu touchée par "WannaCry" (photo symbolique).

KEYSTONE/NICK SOLAND

(sda-ats)

La récente cyberattaque mondiale n'a fait que peu de dégâts en Suisse. Lundi matin, la Centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information (MELANI) n'a enregistré que 200 infections au "rançongiciel". Un avertissement est toutefois prévu.

Jusqu'ici, quelque 200 adresses IP ont été touchées par la cyberattaque, a indiqué à l'ats le directeur de MELANI Pascal Lamia. Il y a plusieurs versions du logiciel malveillant. Il a la capacité de se propager lui-même, donc pas uniquement par messagerie, explique M. Lamia.

Le logiciel "WannaCry", qui bloque les ordinateurs et réclame une rançon, a infecté plus de 200'000 cibles ce week-end dans plus de 150 pays.

Les entreprises suisses restent sur le qui-vive. Swisscom a pris des mesures préventives, a indiqué le numéro un des télécoms en Suisse. La firme est en contact constant avec MELANI et d'autres partenaires et bloque les adresses IP et les noms de domaines des agresseurs lorsqu'ils sont connus. D'autres mécanismes de protection ont été adaptés à la menace.

La faîtière de hôpitaux H+ dit n'avoir pas connaissance de cliniques touchées. "La problématique est connue. Nous avons automatiquement relevé le niveau de protection". Un avertissement spécifique n'est pas nécessaire.

Pas de "cyberchaos" européen

Les CFF ne sont pour l'instant pas concernés. Les spécialistes informatiques de l'entreprise sont à pied d'oeuvre et ont pris des mesures. Il est surtout important que les collaborateurs soient conscients des risques, ont indiqué les CFF.

Les grandes banques UBS et Credit Suisse ainsi que l'entreprise pharmaceutique Novartis ont jusqu'ici également été épargnées, ont-elles fait savoir. Les établissements bancaires ont pris des mesures après les premières annonces d'infections. Les deux géants du commerce de détail Migros et Coop n'ont pas non plus été visés.

En Europe, les gouvernements et compagnies semblaient avoir évité un "cyberchaos" après la cyberattaque qui a touché près de 150 pays depuis vendredi, estime Europol. Les experts en sécurité ont passé leur week-end à mettre à jour des logiciels de sécurité.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS