Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La viande halal importée devra systématiquement être signalée comme telle dans les magasins et restaurants (archives).

KEYSTONE/AP/PETER DEJONG

(sda-ats)

La viande halal importée devrait être systématiquement signalée comme telle dans les magasins et restaurants. Les prix devraient en outre être revus à la hausse. Le Conseil des Etats a donné suite jeudi une initiative parlementaire de Yannick Buttet (PDC/VS).

Le verdict est tombé par 22 voix contre 9. Le National ayant pris la même décision, un projet concret peut désormais être rédigé.

Risque d'abus

La Suisse interdit l'abattage rituel. S'il est impossible de produire de la viande casher ou halal, les juifs et les musulmans peuvent en importer. La réglementation actuelle ne prévoit de déclaration qu'à la première étape de la vente.

Selon Yannick Buttet, des abus pourraient toutefois être commis. Il est facile de vendre de la viande halal hors de la communauté musulmane sans que le client ait son mot à dire. Et les importateurs peuvent s'en fournir dans le cadre de contingents pour des prix jusqu'à 10 francs moins cher le kilogramme.

Solution avancée: une déclaration obligatoire à toutes les étapes de la vente, y compris dans le commerce de détail et dans les restaurants. Deuxième exigence: augmenter les coûts d'adjudication des contingents tarifaires pour ne pas pénaliser les autres entreprises important de la viande.

Un réel problème ?

Soutenant l'initiative, Isidor Baumann (PDC/UR) a également mis en avant la protection des animaux. Et d'assurer que la liberté de croyance n'était pas remise en cause. Mais alors pourquoi s'attaquer uniquement au halal ?, s'est insurgée Anita Fetz (PS/BS).

Seule une minorité, surtout à gauche, a rejeté l'initiative. Pas question de se focaliser sur le halal, d'autant plus qu'il n'y a pas de problème urgent. Les différences de prix sont principalement dues au fait que les morceaux inclus dans les contingents de viande halal ne sont pas des morceaux de choix, mais plutôt des morceaux bon marché.

Cette viande ne représente en outre qu'une part infime du volume total du marché du bœuf en Suisse, a plaidé en vain Ruedi Noser (PLR/ZH) au nom de la commission. Enfin, l'obligation de déclaration créerait une lourde surcharge administrative.

ATS