Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les gelées nocturnes ont touché plus de 40% du vignoble valaisan.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les dégâts provoqués par le gel dans les cultures valaisannes à la mi-avril ont suscité de nombreuses interventions urgentes jeudi au Grand Conseil. La célérité du Conseil d'Etat dans ce dossier a été saluée par les députés.

Unanimes sur la nécessité de venir en aide au secteur agricole sévèrement touché par les gelées nocturnes, les groupes politiques ont prôné des solutions ciblées, pragmatiques et étalées dans le temps. Les "interventions pompiers" et les "mesures arrosoirs" ne sont souhaitées ni par les politiques ni par les professionnels concernés.

Le Parlement veut laisser une large marge de manoeuvre au Conseil d'Etat, dont la rapidité à empoigner le problème en collaboration avec les milieux concernés a été saluée. Christophe Darbellay, chef du département de l'économie et de la formation, a rappelé le catalogue d'aides présentées à la presse vendredi dernier, telles que des crédits sans intérêt, l'étalement des tranches d'impôts, la mise en place d'un cautionnement ou encore le développement de la lutte contre le gel.

Deux interventions rejetées

Le Grand Conseil a refusé deux interventions urgentes sur huit, toutes deux portées par l'UDC. La première, refusée par 82 voix contre 38 et 1 abstention, réclamait la création d'un fonds de soutien pour l'agriculture; la seconde, rejetée par 95 voix contre 22 et 1 abstention, proposait de "geler l'entier ou partie du dividende de la banque nationale suisse (BNS) pour l'attribuer sous diverses formes aux agriculteurs lésés".

Que l'UDC, "qui prône la rigueur budgétaire, propose des aides à fonds perdus est bizarre", a relevé un député libéral-radical. Quant aux dividendes de la BNS, ni le parlement ni le Conseil d'Etat n'ont souhaité les toucher.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS