Le rappeur Abd Al Malik se fait le porte-voix des confinés

Ce contenu a été publié le 24 septembre 2020 - 09:14
(Keystone-ATS)

Une "déclaration d'amour" à une ville meurtrie par le coronavirus : le rappeur Abd Al Malik a ému mardi et mercredi le public de La Filature de Mulhouse avec ses lectures de lettres sur le confinement adressés par les Mulhousiens à leur ville.

"Je suis Alsacien et la région, Mulhouse notamment, a été particulièrement touchée par la pandémie. Pour moi, faire ce spectacle, c'était la moindre des choses", comme un "acte de solidarité", confie à l'AFP le chanteur strasbourgeois.

Le projet, baptisé "Lettres à ma ville", avait été lancé par la Filature après le confinement, alors que Mulhouse se remettait à peine de la crise du coronavirus. L'idée : inviter les Mulhousiens à mettre des mots sur leur expérience du confinement en rédigeant une lettre à leur ville.

Au final, 150 personnes - toutes ont été invitées à assister au spectacle - ont adressé un texte. Un comité de lecture en a sélectionné une cinquantaine, qu'il a adressée à Abd Al Malik pour qu'il en fasse la matière d'un spectacle.

"Puissance incroyable"

Comme il l'a confié mardi soir sur la scène de La Filature, le rappeur a choisi de les garder toutes et de répartir leur lecture sur ces deux soirées d'ouverture de saison de la scène mulhousienne, première salle de France à avoir fermé ses portes en raison du Covid, le 6 mars.

"Je me suis dit: +ce n'est pas possible, on ne peut pas faire le tri, c'est un non-sens absolu+", explique Abd Al Malik, qui juge "naturel et normal que le maximum de lettres et de paroles soient lues et entendues".

Côté scénographie, le rappeur a pris le parti du dépouillement : assis derrière un pupitre, il est accompagné par son bassiste Izo Diop. Au cours du spectacle, ils sont rejoints par deux jeunes comédiens mulhousiens, Hameza El Omari et Anysia Mabe, venus chacun lire une lettre.

En toile de fond, un écran diffuse une vidéo et des clichés de Mulhouse pris par ses habitants.

"A cause du Covid, ta réputation va encore plus souffrir", "à travers cette lettre, je te crie mon amour!", "je t'aime, mais t'es pas facile" : les missives, de longueurs diverses, abordent sans fausse pudeur l'image parfois accolée à la ville, encore plus assombrie par la crise du coronavirus dont elle fut l'un des principaux foyers en France.

L'évocation du bruit des hélicoptères et des ambulances transportant des malades du coronavirus, omniprésent pendant de longues semaines à Mulhouse, revient dans plusieurs lettres.

Abd Al Malik leur imprime son phrasé, change de rythme, appuie certains mots ou syllabes, en allonge d'autres... Les textes "sont super (...) Tous, sans exception, ont une puissance incroyable", s'enthousiasme le chanteur.

"Baume au coeur"

Visiblement conquis, les 500 spectateurs - la salle a une capacité de 1200 places -, ont réservé une standing ovation finale de plusieurs minutes aux quatre artistes, pas vraiment refroidis par les mesures sanitaires que le virus, toujours présent, continue à imposer (masques obligatoires, places à l'écart pour les spectateurs désireux de garder leurs distances...)

"Très émue", Azucena Ott confie avoir pleinement savouré ce spectacle "extrêmement émouvant". "J'ai trouvé ces lettres absolument merveilleuses de vérité et de déclaration d'amour à Mulhouse", s'enthousiasme cette retraitée de la ville voisine de Lutterbach, dont le mari, ainsi que plusieurs proches, ont été touchés par le virus.

"Ça fait du bien de se retrouver, après le moment qu'on a passé, et d'entendre des choses positives. C'est un vrai bonheur, on se sent bien après un moment comme ça", confie Thibaut Weiss, un fonctionnaire de 35 ans.

L'adaptation d'Abd Al Malik "est une bouffée d'air frais dans nos vies confinées", estime Flora Pourcelot, une enseignante de 49 ans auteure d'un texte qui apostrophe Mulhouse à grands coups de "hé grosse" et lui enjoint de ne pas "baisser les bras".

Abd Al Malik acquiesce : "c'est important de faire acte de résilience et d'avancer", comme "de mettre du baume au coeur et de redonner espoir et courage".

Partager cet article