Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'indice SMI de la Bourse suisse a terminé jeudi sur un gain minime de 0,04% à 8853,01 points (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a fini sur une note contrastée jeudi. Elle est restée stable après les décisions de la Réserve fédérale américaine (Fed), de la Banque nationale suisse (BNS), de la Banque d'Angleterre (BoE) et diverses données économiques américaines.

Le SMI a terminé sur un gain minime de 0,04% à 8853,01 points. Le SLI a en revanche cédé 0,24% à 1401,13 points et le SPI 0,08% à 10'086,18 points. Sur les trente valeurs vedettes, neuf ont avancé et 21 ont reculé.

A New York, Wall Street évoluait dans le rouge en début de séance après une salve d'indicateurs américains mitigés et surveillant d'un oeil les secousses politico-judiciaires autour du président américain Donald Trump.

Sur le front des indicateurs, l'activité manufacturière dans la région clef de New York a rebondi spectaculairement en juin, mais celle dans la région de Philadelphie a progressé à un rythme moins rapide qu'au mois antérieur. "Toutes deux sont désormais à des niveaux élevés", a commenté Ian Shepherdson de Pantheon Macro dans une note.

Du côté de l'emploi, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé. Les prix à l'importation, une des composantes de l'inflation, ont baissé au mois de mai.

De son côté, la Fed prévoit toujours une autre hausse de taux cette année, après celle de mercredi, suivie de trois en 2018. Elle a aussi annoncé qu'elle commencerait "cette année" à réduire le volume des actifs acquis après la crise financière pour doper la reprise. Ce geste serait synonyme d'un resserrement supplémentaire de la politique monétaire.

La BoE a maintenu comme attendu son taux directeur à 0,25% mais, à la surprise générale, trois voix ont appelé à une hausse immédiate afin de contrer l'accélération de l'inflation.

La BNS a reconduit sa politique monétaire et ses prévisions de croissance. Elle a maintenu le taux de référence Libor à trois mois dans une marge entre -1,25% et -0,25%. La ponction appliquée aux avoirs en compte de virement demeure à -0,75%. Pour 2017, la croissance du produit intérieur brut (PIB) helvétique reste anticipée à environ 1,5%.

Nestlé a soutenu le SMI

Nestlé (+0,4%) a fini par soutenir l'indice. Le géant agroalimentaire a profité du relèvement de son objectif de cours par Credit Suisse et S&P. Ce dernier conserve ses projections de bénéfice et demeure optimiste quand à la rentabilité du mastodonte.

Kadcyla, une thérapie de Roche (+0,7%) destinée à lutter contre le cancer du sein, va vraisemblablement figurer dans le catalogue des autorités sanitaires britanniques (NHS). Sur la base d'un nouvel accord, le médicament pourra désormais être financé par le NHS.

Novartis (-0,1%) a revendiqué des résultats d'études cliniques positifs pour son médicament Cosentyx contre la spondylarthrite ankylosante et l'arthrite psoriasique. Le produit a démontré une "amélioration durable des signes et symptômes" de ces maladies après trois années de traitement.

Meilleure performance pour Julius Baer

Aux bancaires, Credit Suisse a perdu 1,1% et UBS a gagné 0,2%. Julius Baer a pris 1,0%, meilleure performance du jour. Ces titres devraient tirer bénéfice du relèvement des taux par la Fed. En outre, la BNS, dans son rapport annuel sur la stabilité financière, a relevé que les grandes banques suisses ont amélioré leurs capitaux mais doivent encore fournir plus d'effort pour le ratio d'endettement.

Dans le camp des perdants, Aryzta (-1,6%) a fini lanterne rouge, derrière Swatch et Sonova (chacune -1,4%). Cette dernière était traitée hors dividende de 2,30 francs et a reculé exactement de ce montant.

HSBC a relevé l'objectif de cours pour la porteur Swatch mais a maintenu "hold". La banque britannique ne s'attend cependant pas à ce que le chiffre d'affaires et les marges de l'horloger biennois s'améliorent rapidement. Les résultats devraient toutefois connaître une embellie au 2e trimestre. Le concurrent Richemont (+0,1%) a fini dans le vert.

Séance faste pour Basilea

ABB (-0,5%) serait intéressé à racheter le suédois Hexagon, selon le "Financial Times".

Sur le marché élargi, Basilea (+6,2%) a conclu un accord de licence avec Pfizer pour la production par le groupe américain de l'antifongique Cresemba et sa distribution en Europe (hors pays nordiques), en Russie, en Turquie et en Israël. Le laboratoire bâlois recevra un paiement initial de 70 millions de francs et pourrait encaisser des paiements d'étapes allant jusqu'à 427 millions de dollars.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS