Le sort de Swissair se joue ce lundi

Le président de la Confédération, Moritz Leuenberger (à gauche) et lepatron de Swissair, Mario Corti (à droite) à l'issue de leur rencontre de dimanche soir. Keystone

La cotation des titres Swissair Group et Crossair a été suspendue ce matin à la Bourse suisse. Alors que tous les regards se tournent vers le gouvernement suisse, qui doit décider cet après-midi s'il soutient ou non la compagnie aérienne. Quoi qu'il en soit, tous les vols prévus lundi ont été maintenus.

Ce contenu a été publié le 01 octobre 2001 - 10:09

Au bord de la faillite, Swissair a décidé de suspendre temporairement sa cotation boursière pour lundi et mardi, selon Jean-Claude Donzel, porte-parole de la compagnie. Coté dans le système virt-x, géré depuis Londres, le titre était tombé vendredi à son plus bas niveau historique, à 38,50 francs, avant de se redresser à quelques minutes de la clôture à 41,05 francs. L'action Swissair a perdu 80% de sa valeur depuis le début de l'année.

Tous les vols sont maintenus

Malgré le flou qui règne sur l'avenir immédiat, les compagnies suisses de Swissair Group poursuivront leurs activités normalement lundi et ce jusqu'à nouvel avis. Même si le groupe n'a pas instauré de «hotline», de nombreux clients appellent au moment où les rumeurs de faillite se renforcent.

En ce qui concerne la marche des affaires, M. Donzel ne s'est pas exprimé sur les séances des conseils d'administration de Swissair et Crossair tenues dimanche soir.

De même, le groupe n'a pas commenté l'entrée en scène des deux grandes banques suisses. Dimanche, en effet, l'UBS et le Credit Suisse Group ont proposé un crédit-relais d'environ un milliard de francs destiné aux seules activités aériennes du groupe.

Journée cruciale

Reste que la journée de lundi est cruciale pour l'avenir de Swissair Group. Après une réunion de plus de quatre heures dimanche avec la direction du groupe et des représentants de l'économie, le Conseil fédéral, qui détient 3% du capital, doit se réunir en début d'après-midi pour statuer sur son implication dans le sauvetage du groupe.

Lundi matin, le spectre de la faillite de la maison-mère de Swissair est sur beaucoup de lèvres, même si tous les scénarios demeurent ouverts. Des interrogations apparaissent également à propos des versements en espèces que Swissair Group doit honorer à destination de Sabena (200 millions de francs) et de son ancien pôle français AOM/Air Liberté.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article