Navigation

Sauter la navigation

Sous sites

Fonctionnalités principales

Les grenouilles sont plus vivantes avec les cuisses

Barack Obama en amateur de cuisses de grenouilles durant sa campagne présidentielle.

(AFP)

Tuer une grenouille pour manger ses cuisses est aussi absurde qu'abattre un éléphant pour son ivoire. C'est la position de la Société vaudoise pour la protection des animaux, qui part en campagne. Explications.

Chaque année, les Suisses avalent 120 tonnes de cuisses de grenouilles, dont 90% sont importées d'Indonésie.

Après la fourrure et le foie gras, la Société vaudoise pour la protection des animaux a lancé le mois dernier une campagne dans le plus grand des cantons francophones du pays, histoire de convaincre ses habitants de boycotter la délicate gourmandise batracienne.

Ses militants jugent inacceptable le commerce de grenouilles. Manger les cuisse de grenouilles est cruel, nuisible sur le plan écologique, et encourage un gaspillage «choquant».

«Une grenouille pèse 125 grammes. Vous lui enlevez les cuisses, qui représentent 20% du poids total, et jetez le reste», selon le président de la Société vaudoise pour la protection des animaux (SVAP).

Dans le cas du bœuf (50%) et du porc (40%) aussi le gaspillage est grand, mais pas à ce point, ajoute Samuel Debrot.

Dans sa campagne, la SVPA qualifie le commerce mondial de grenouilles d'absurdité écologique et sociale.

En Indonésie, premier exportateur mondial (5'000 tonnes), les grenouilles sont capturées et vendues par les agriculteurs qui en tirent un revenu d'appoint.

«Mais moins de grenouilles, c'est davantage de moustiques et d'autres insectes», explique Samuel Debrot. Résultat, les agriculteurs indonésiens sont contraints d'acheter de pernicieux insecticides en grande quantité pour protéger leurs récoltes. Raison qui a poussé l'Inde à interdire l'exportations de grenouilles.

Point de bascule

Les cuisses de grenouilles fleurissent aux quatre coins du monde, des cafétérias scolaires aux restaurants huppés en Europe, jusqu'aux bancs des marchés et la table familiale en Asie et en Amérique du Sud.

Selon les experts, un milliard environ de grenouilles sont prélevées de leur milieu naturel pour finir dans l'assiette des humains chaque année. La France et les Etats-Unis sont les deux principaux importateurs.

Quelque cinq millions en font les frais en Suisse, essentiellement dans la région francophone du pays. Elles sont importées congelées d'Indonésie et de Turquie.

La loi suisse par contre, sur place, protège les grenouilles et interdit de les tuer, de les capturer et de les élever.

A l'échelle mondiale, un tiers des amphibiens sont officiellement en danger, conséquence de la destruction des habitats, du changement climatique, de la pollution et des maladies. Et leur commerce qui croît pourrait conduire à l'extinction une partie de ces espèces.

Certains scientifiques vont jusqu'à craindre que le commerce de grenouilles reproduise la situation des grandes pêcheries. «Le fait est que le processus n'est pas graduel, selon Corey Bradshaw, professeur associé à l'institut de l'environnement à l'Université d'Adelaïde, cité par le Guardian.

«Il y a un point de bascule. C'est exactement ce qui s'est passé avec la surexploitation de la morue dans l'Atlantique Nord. Avec les grenouilles, on ne dispose d'aucune donnée, aucun traçage, ni gestion du stock. Nous aurions dû apprendre de l'expérience de la pêche, mais il semble que ce n'est pas le cas.»

Fermer boutique

Sylejman Gjocaj, propriétaire à Payerne du restaurant du Cheval-Blanc, spécialisé dans la cuisse de grenouille, est préoccupé par la campagne anti-cuisses, qui s'ajoute à la récente interdiction de la cigarette dans les établissements publics.

«Si j'arrête de cuisiner les cuisses de grenouilles, je peux fermer boutique», assure-t-il. Huit clients sur dix viennent chez lui pour ses fameuses cuisses au beure, persil, échalotes, accompagnées de frites. Un menu qu'il propose depuis quinze ans.

Ceci dit, Sylejman Gjocaj dit comprendre l'argument du gaspillage et considère l'élevage de grenouilles comme une piste.

L'argumentation de la SVPA porte sur un autre point encore. De l'étang à l'assiette, les grenouilles endurent des «souffrances injustifiables».

Chassées de nuit à la lampe par des agriculteurs armés de filets et de crochets, elles sont capturées et mises dans des sacs par 300, avant d'être transportées sur de longues distances sur lesquelles beaucoup meurent. Les grenouilles vivantes sont par la suite découpées et éviscérées. Dans la plupart des cas, elles agonisent durant de longues minutes, selon la SVPA.

Un impact incertain

«Mais la chose n'est pas aussi cruelle que couper l'aileron des requins avant de les remettre à la mer», compare dans le quotidien 24 heures le propriétaire du restaurant du Tramway à Lausanne.

Les cuisses de grenouilles de Pierre Meylan sont importées de Turquie par Les Escargots du Mont-d'Or à Vallorbe. La Turquie, qui protège les grenouilles durant les trois mois de la saison de l'accouplement, ce qui rend les choses plus écologiques, juge Bernard Fivaz, directeur de l'importateur.

En Turquie, les grenouilles sont du reste endormies par le froid avant d'être tuées, ajoute ce dernier.

A ce stade, l'impact de la campagne de la SVPA est incertain. Selon un mini-sondage du journal gratuit 20 minutes, 56% des personnes interrogées n'estiment pas cruel de tuer les grenouilles pour les manger.

De l'autre côté de la frontière suisse, en France, les activistes des droits des animaux ont déjà tenté par le passé de convaincre leurs compatriotes de boycotter la délicatesse française la plus stéréotypique. Mais ils ont fait choux blanc, à quelques cuisses près.

Simon Bradley, swissinfo.ch
(Traduction de l'anglais: Pierre-François Besson)

Cuisses de grenouilles

En Europe, la France est le plus gros consommateur de cuisses de grenouilles et en importe entre 3000 et 4000 tonnes par an.

Mais elles sont aussi populaires en Chine, en Thaïlande et au Vietnam par exemple. Elles ont aussi leur public dans certains états des Etats-Unis comme la Louisiane, l'Arkansas et le Texas, en Amérique du Sud et dans les Caraïbes.

Selon les douanes fédérales, la Suisse en a importé 119 tonnes en 2005.

L'Indonésie est aujourd'hui le premier pays exportateur – 5000 tonnes par an.

L'élevage commercial de grenouilles a été tenté en Europe et aux Etats-Unis, mais avec un succès mitigé.

La grande majorité des grenouilles qui finissent dans l'assiette sont des individus sauvages.

Selon une étude du journal Conservation Biology (janvier 2009), le commerce mondial de grenouilles sauvages a été sous-estimé jusqu'ici. Jusqu'à un milliard de grenouilles seraient extraites de leur milieu pour la consommation humaine chaque année, dit cette étude.

Selon des estimations, au moins un tiers des 6000 espèces d'amphibiens de la planète – grenouilles, crapauds, salamandres, tritons et apodes – sont en danger d'extinction.

En Suisse, les amphibiens sont protégés depuis 1967 et figurent parmi les animaux les plus menacés.


Liens

×