Les montagnes suisses terminées au Japon

La montagne suisse comme si on y était... (Photo dynamic-switzerland.jp) Lookat

Une semaine avant l’ouverture de l’Exposition internationale 2005, les organisateurs du pavillon suisse se déclarent prêts à accueillir les visiteurs.

Ce contenu a été publié le 18 mars 2005 - 13:19

La Suisse a construit une réplique des Alpes à l’occasion de cette exposition globale, qui s’ouvre vendredi prochain non loin de la ville japonaise de Nagoya.

A une semaine de l'ouverture de l'exposition internationale 2005, le pavillon suisse est terminé. Juri Steiner, responsable artistique du projet, s'est déclaré satisfait de voir achevé le travail de deux ans. «Les 4 dernières semaines ont été intenes mais le puzzle s'est enfin mis en place à la dernière seconde», a-t-il indiqué à swissinfo, ajoutant que «tout avait la précision d'une montre suisse».

Lors d’une conférence de presse sur le site de l’exposition vendredi, le responsable de la délégation suisse au Japon a déclaré de son côté qu’il s’attendait à ce que jusqu’à 1,5 des 15 millions de visiteurs escomptés visitent le pavillon suisse pendant les six mois de l’exposition.

Montrer la Suisse cachée

«Nous voulons que chacun d’entre eux découvre qu’il n’y a pas que des montagnes et des lacs en Suisse», déclare Manauel Salchli, directeur du pavillon et chef de projet du Ministère suisse des affaires étrangères pour les expositions internationales.

La Confédération a dépensé 15 millions de francs suisses pour sa présence au Japon, soit beaucoup moins que lors des précédentes expositions internationales.

Une partie de cet argent a été consacrée à la construction d’une chaîne de montagne artificielle, à l’intérieur de laquelle les visiteurs sont invités à découvrir une exposition sur les «aspects cachés» de la Suisse.

Des objets suisses

Les objets exposés incluent par exemple le passeport à croix blanche d’Albert Einstein, et un modèle réduit du ballon à air chaud utilisé par l’aventurier Bertrand Piccard pour faire le tour du monde.

De même, on peut voir un robot helvétique conçu pour aider les handicapés à marcher.

«Notre but est de surprendre les Japonais. Si nous avions simplement montré du fromage, des vaches et des portraits de Heidi, ils auraient adoré, mais n’auraient pas été surpris», déclare Manuel Salchli à swissinfo.

L’équipe qui a dessiné et conçu le pavillon a délibérément choisi d’exclure, autant que possible, les clichés associés à la Suisse.

«Le manque d’imagerie traditionnelle n’est pas une mauvaise chose et je ne pense pas que ce soit grave si les visiteurs repartent un peu désarçonnés... car cela veut dire qu’ils nous poseront des questions, et ce qu’ils auront vu les feront réfléchir», ajoute Manuel Salchli.

Un écho a priori positif

Les premières réactions des médias japonais à la prestation suisse sont favorables.

Un guide de l’exposition a même attribué quatre étoiles sur cinq au pavillon suisse. Seuls les Etats-Unis et la Corée du Sud ont obtenu le maximum des points.

Mais Manuel Salchli admet que le parti pris de bannir toute référence à la Suisse traditionnelle pourrait se retourner contre la Suisse.

«Nous avons pris un risque de manière délibérée et nous saurons si nous avons eu raison. Si le public boude le pavillon, alors bien sûr nous devrons admettre que nous avons placé la barre trop haut.»

A Berne, Johannes Matyassy, directeur de Présence Suisse, ne cache pas sa satisfaction: «Pour nous, les premières réactions des médias japonais sont très importantes puisque nous sommes classés 3es», a-t-il affirmé à swissinfo.

swissinfo, Ramsey Zarifeh à Aichi, Japon
(Traduction de l’anglais: Isabelle Eichenberger)

Faits

L’exposition internationale 2005 ouvre ses portes du 25 mars au 25 septembre.
C’est la première exposition globale depuis celle de Hannovre, en Allemagne, en 2000.
La Suisse fait partie des 120 pays exposant un pavillon à l’exposition.
Quelque 15 millions de visiteurs sont attendus.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article