Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les poissons pourront se gaver d'insectes, a décidé le Parlement (image symbolique).

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Les insectes pourront être utilisés pour nourrir les poissons en Suisse. Volailles et porcs pourraient aussi en bénéficier. Après le National, le Conseil des Etats a accepté tacitement mardi une motion de Claudia Friedl (PS/SG) en ce sens. Le but: enrayer la surpêche.

La consommation de poissons augmente en Suisse. Un nombre croissant provient de l'aquaculture. Pour les nourrir, des millions de tonnes de petits poissons et poissons gras sont transformés en farine chaque année. La surpêche des mers continue, regrette la motionnaire.

Et de plaider pour une solution alternative, le fourrage à base de larves d'insectes, riches en protéines. Cette farine pourrait aussi servir pour les élevages de volailles et de porcs, ce qui permettrait de contrer l'augmentation des cultures de soja, source de problèmes environnementaux.

Un premier pas a déjà été franchi par l'Office fédéral de la sécurité alimentaire en 2015, qui a délivré une autorisation pour un certain type de farine d'insectes. Il n'y a pas de risque pour les poissons et les consommateurs, a dit le ministre de l'intérieur Alain Berset.

Le Conseil fédéral se dit prêt aussi à envisager une autorisation générale des insectes dans la production des aliments pour animaux. Une telle mise en oeuvre devrait toutefois être coordonnée avec l'Union européenne, vu l'accord agricole conclu avec elle. Il faudrait éviter les répercussions négatives sur les échanges commerciaux d'animaux avec les pays européens, selon le gouvernement.

ATS