Les Suisses de l'étranger devront aussi patienter

Keystone

Le gouvernement a approuvé un rapport sur le vote électronique. Qui ne prévoit aucun traitement particulier pour la 5e Suisse.

Ce contenu a été publié le 10 janvier 2002 - 08:32

Le vote électronique est une chance pour les Suisses de l'étranger. Qui pourront plus facilement prendre part aux votations populaires et aux élections.

C'est une des conclusions du rapport sur les chances et les risques du vote électronique, approuvé ce mercredi par le Conseil fédéral. Mais le gouvernement n'envisage pas pour autant un traitement de faveur pour la cinquième Suisse.

Encore plusieurs années

Participer aux votations ou aux élections n'est pas toujours évident pour les Suisses de l'étranger. Parfois, le matériel de vote n'arrive simplement pas à temps pour qu'ils puissent se prononcer.

Un revers qui s'envolera avec le e-voting. Grâce à Internet, le vote par correspondance sera aussi simple pour un habitant de Tombouctou que pour son compatriote établi à Neuchâtel.

Mais il faudra encore attendre pour profiter de tels avantages. En Suisse, le e-voting n'en est qu'à ses balbutiements.

Les premiers tests ont débuté dans les cantons de Neuchâtel, Genève et Zurich. Aucun calendrier sur l'introduction générale du système n'est annoncé. Certains spécialistes parlent de 2010...

Et les Suisses de l'étranger ne bénéficieront d'aucun traitement de faveur. Ils ne feront pas non plus l'objet de tests particuliers.

Une maigre consolation

«Ces personnes sont rattachées à des circonscriptions cantonales, et ne sont pas traitées différemment de leurs concitoyens», précise Bernard Ayer, chef des projets e-government de la Chancellerie fédérale.

En revanche, les Suisses de l'étranger rattachés à la circonscription genevoise, par exemple, pourront profiter des tests effectués dans ce canton. Une maigre consolation.

Caroline Zuercher

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article