Michel Kratochvil privé de dessert

Actuel numéro 2 incontesté de l'équipe de Suisse de Coupe Davis, Michel Kratochvil ne pourra pas disputer la Coupe Davis à Toulouse.

Ce contenu a été publié le 02 avril 2003 - 15:07

Le malheureux Bernois souffre du ménisque du genou droit et a dû déclarer forfait.

Coup dur pour la délégation suisse. Victime d'une triple lésion du ménisque de son genou droit à l'entraînement, Michel Kratochvil fera le déplacement de Toulouse en simple spectateur.

Héroïque lors du dernier simple décisif contre le Hollandais Martin Verkerk à Arnhem en février dernier, le Bernois y avait définitivement gagné ses galons de titulaire.

Une victoire «déclic» en Hollande

Il avait en effet permis à la Suisse de se qualifier après avoir pourtant été menée 2 à 1 après les deux premiers jours de compétition; mettant au passage un terme à une longue série noire.

En trois ans, l'équipe de Suisse de Coupe Davis s'était en effet inclinée par trois fois lors d'une cinquième rencontre décisive (George Bastl contre Escudé et Philipoussis et Michel Kratochvil face à Marat Safin).

Sans doute galvanisé par les encouragements du capitaine Marc Rosset et par les conseils avisés de l'entraîneur français Georges Deniau (cf. Le retour des maudits), Michel Kratochvil avait remporté là sa plus importante victoire en Coupe Davis.

«Aujourd'hui, je me sens défait, admet-il juste après son opération. Cette blessure me prive de dessert car je voulais vraiment jouer en France après ce qui s'est passé en Hollande.»

Qui derrière «Rodgeur»?

Sur le GreenSet indoor du Zénith de Toulouse, les qualités de battant du Bernois vont cruellement manquer à la délégation helvétique.

Dans la ville rose, les Suisses devront une nouvelle fois compter sur les qualités exceptionnelles de Roger Federer pour faire face à une équipe de France compacte et motivée.

Pour contrer les velléités du Bâlois, Guy Forget choisira d'accorder sa confiance à Nicolas Escudé, Sébastien Grosjean, Mickaël Llodra, Fabrice Santoro (tous vainqueurs en Roumanie) ou au revenant Arnaud Clément.

Sur le site Internet de la Fédération française de tennis, le capitaine des Tricolores a déclaré compter avant-tout sur les trois autres points en jeu pour remporter la mise: «Roger Federer! C'est le meilleur joueur. On sait très bien qu'il peut gagner ses deux simples. A nous de lui en prendre un et de gagner tous les autres.»

En l'absence de Michel Kratochvil, la mission s'annonce un peu plus simple pour la délégation française. Pourtant, avec George Bastl (en simple) et Marc Rosset lui-même (en double), la Suisse possède encore des atouts pour créer la surprise.

swissinfo, Mathias Froidevaux

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article