Toute l'actu en bref

Le pendant de Solar Impulse mais sur les mers

KEYSTONE/AP/DAVID VINCENT

(sda-ats)

Le catamaran Energy Observer, propulsé à l'hydrogène et aux énergies renouvelables, a été mis à l'eau vendredi à Saint-Malo, en Bretagne. Il va entamer un tour du monde qui passera d'abord par la France avec une escale inaugurale à Paris début juillet.

Le catamaran de 30,5 m de long pour 12,80 m de large est capable de produire son propre hydrogène par électrolyse à partir de l'eau de mer grâce au couplage des énergies renouvelables. Cela signifie qu'il est entièrement autonome en énergie.

La mise à l'eau de ce "Solar Impulse" des mers vendredi en début d'après-midi a été effectuée en présence du navigateur français Victorien Erussard, originaire de Saint-Malo et porteur du projet.

La palette des moyens de production d'énergie embarqués est impressionnante: 130 m2 de panneaux photovoltaïques, 2 éoliennes à axe vertical, une aile de traction intelligente qui alimenteront deux moteurs électriques convertibles en hydrogénérateurs.

L'idée du projet est née de l'aventure de "Solar Impulse", l'avion solaire expérimenté par les Suisses Bertrand Piccard et André Borschberg.

"Odyssée du futur"

Après une série d'étapes en France jusqu'à la fin de l'année, le navire appareillera pour une "odyssée du futur" de six ans, un tour du monde sans émission de CO2, avec "pour objectif de partir à la découverte de solutions pour un futur plus propre", a détaillé vendredi Jérôme Delafosse, le chef d'expédition.

Le navire est un catamaran de course de 24,38 m construit en 1983 au Canada par l'architecte Nigel Irens, sous la supervision du navigateur Mike Birch.

Premier voilier à franchir en 1984 la barre symbolique des 500 milles en 24 heures, il a remporté de nombreuses compétitions. Sa transformation en Energy Observer a mobilisé une cinquantaine de personnes depuis deux ans.

ATS

 Toute l'actu en bref