Moins d'un million de camions ont franchi les Alpes en 2016

 Toute l'actu en bref

Le nombre de camions ayant franchi les Alpes est passé en dessous du million pour la première fois depuis 20 ans (archives).

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

Le record pressenti à l'automne s'est confirmé: moins d'un million de camions ont franchi les Alpes l'an dernier. Il faut remonter vingt ans en arrière pour retrouver un niveau aussi bas. Mais on est encore loin de l'objectif de 650'000 poids-lourds fixé dans la loi.

Le nombre de camions ayant traversé les Alpes suisses a baissé en 2016 de 3,4 % par rapport à l'année précédente pour s'établir à 975'000, a indiqué jeudi l'Office fédéral des transports (OFT). Les chiffres du premier semestre (496'000 poids-lourds) annonçaient déjà la tendance. Le Gothard reste le principal passage avec une part de 72%.

Il faut remonter au milieu des années 1990 pour atteindre un nombre de passages inférieur au million. Mais à l'époque le volume de marchandises transportées par la route était presque deux fois plus faible.

Part du rail en hausse

Depuis, la part de marché du rail augmenté. Elle atteint désormais 71%, un record depuis 2001, année d'introduction de la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP). Au total, le volume de marchandises acheminées à travers les Alpes, soit 40,4 millions de tonnes, n'a jamais été aussi élevé. La hausse de 3,7% par rapport à 2015 a été absorbée par le rail.

Le fret ferroviaire a représenté 28,6 millions de tonnes l'an dernier, soit une augmentation de 6,4%. Cette croissance s'explique principalement, selon l'OFT, par la reprise économique en Europe, la grande disponibilité de l'infrastructure ferroviaire et les mesures d'encouragement du transfert.

Le transport par wagons complets a augmenté de 12% et celui de conteneurs et de semi-remorques de 5%. Les transports de la chaussée roulante ont en revanche reculé de 6,3%.

Forte croissance au Lötschberg

L'axe du Lötschberg-Simplon continue d'afficher la plus forte croissance. Celui du Gothard a joué un rôle un peu moins important, entre autres parce que des travaux y sont effectués sur de nombreuses sections pour réaliser le corridor de quatre mètres. Et l'exploitation régulière du tunnel de base n'a démarré qu'en décembre 2016.

Cette année, le fret transalpin sera confronté à d'importants défis. La ligne de Luino, vers l'Italie, sera fermée six mois pour les travaux liés au corridor de 4 mètres. Les sillons seront donc disponibles en nombre restreint et certaines installations de transbordement ne seront accessibles que par des détours.

Efforts à faire

L'OFT souligne les efforts faits par le Conseil fédéral pour encourager le transfert de la route au rail. La RPLP a été augmentée cette année et un rabais temporaire a été accordé sur le prix des sillons sur les itinéraires ferroviaires de transit.

L'initiative des Alpes est moins enthousiaste. Si elle se réjouit du "moment historique" que représente le passage en dessous du seuil du million de camions, elle rappelle que ce but avait été fixé pour 2011.

Le Conseil fédéral est désormais tenu de tout mettre en oeuvre pour atteindre 650'000 poids lourds, un objectif qui, selon la loi, devrait être rempli en 2018. L'initiative des Alpes préconise toute une série de mesures.

La plus efficace serait une bourse du transit alpin. On pourrait aussi introduire une redevance sur le transit alpin pour le trafic lourd ou définir des objectifs en matière de flotte afin de faire baisser les émissions de CO2.

ATS

 Toute l'actu en bref