Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les sons de... Avenir incertain pour les Eglises suisses

La population suisse se détourne de plus en plus des Eglises. Depuis des années, sorties d’Eglises et manque de prêtres sont à l’ordre du jour. Pourtant, les cloches d’église continuent de sonner chaque jour et il y a toujours des services religieux. swissinfo.ch a assisté à une messe très suivie dans la collégiale d’Arlesheim.

Environ 60% de la population en Suisse est chrétienne, principalement catholique. Alors que la part des catholiques est restée relativement stable au cours des 40 dernières années, celle des protestants a fortement diminué.

Par ailleurs, selon une enquêteLien externe de l’Office fédéral de la statistique, la part des personnes se disant sans confession a augmenté de 13,5% entre 2000 et 2016. Cette évolution peut faire douter de l’avenir des Eglises suisses. Néanmoins, on assiste aujourd’hui encore à des offices religieux.

Messe à la collégiale d’Arlesheim

La collégiale d’Arlesheim a été construite dans les années 1680 pour le chapitre des chanoines de l’évêché de Bâle. Environ 80 ans plus tard, le bâtiment a été restauré dans un style rococo. La collégiale est devenue le monument emblématique du village et impressionne surtout par son architecture, tant intérieure qu’extérieure. Les orgues actuelles ont été construites par le facteur d’orgue alsacien Johann Andreas Silbermann en 1761, à l’occasion de la restauration en style rococo. L’instrument de la collégiale est connu des spécialistes du monde entier en raison de sa sonorité particulière.

A la mi-octobre 2018, les paroisses de Münchenstein et Arlesheim ont accueilli un nouveau curé. Originaire de l’ancienne République du Biafra – province du Nigeria brièvement indépendante de 1967 à 1970 – le Dr. Sylvester IhuomaLien externe vit en Europe depuis 26 ans. Avant sa venue en Suisse, il s’est occupé pendant 14 ans de la communauté africaine dans l’évêché de Münster, en Allemagne. C’est à l’occasion de son entrée en fonction dans la paroisse d’Arlesheim que swissinfo.ch a assisté à une messe solennelle.

Manque de relève

Le fait que les paroisses de Münchenstein et Arlesheim aient retrouvé un curé n’a plus rien d’une évidence de nos jours. Tant l’Eglise catholique que les Eglises réformées se plaignent de plus en plus d’un manque de relève.

La demande en nouveaux prêtres et pasteurs augmente particulièrement en raison du nombre de départs à la retraite. Selon un article de la «Neue Zürcher ZeitungLien externe», deux tiers des pasteurs actuels seront à la retraite en 2032. Pour assurer la relève, il faudra donc trouver environ 500 personnes, mais les le nombres d’étudiants en théologie protestante ne suffit pas pour combler ce trou. Les Eglises protestantes misent donc aussi sur des réorientations de carrière pour assurer la relève.

Projet «Les sons de…»

Cet article fait partie du projet «Les sons de…» qui a été élaboré avec nos partenaires de Radio PologneLien externe, Radio Canada InternationaleLien externe, Radio Roumanie InternationaleLien externe et Radio PragueLien externe. Les différentes contributions permettent de donner un petit aperçu des traditions des services religieux dans les cinq pays concernés.

Fin de l'infobox

Environ 93% de la population polonaise indique être catholique. Mais on assiste là aussi à un recul. En 2016, le nombre de fidèles se rendant à la messe avait chuté de 36,7%. Mais malgré ce recul, les messes dominicales représentent toujours un moment important dans la vie des citoyens polonais.

Kateri Tekakwitha (1656-1680) était une femme de la tribu des Mohawks. Béatifiée en 1980 puis canonisée en 2012, cette religieuse est l’une des principales figures du catholicisme nord-américain. En octobre 2018, à l’occasion du 8e anniversaire de sa canonisation, une messe spéciale a été dite à la mission Saint François Xavier de la réserve de Kahnawake, au Québec, où la sainte est enterrée. Le chœur chante en mohawk et quelques prières sont également récitées dans cette langue indigène.

La République tchèque est l’un des pays du monde qui compte le plus d’athées. Le nombre de croyants baisse constamment et a diminué de moitié au cours des deux dernières décennies. Un cinquième seulement des Tchèques disent appartenir à une religion. Et parmi eux, 10% seulement font régulièrement à l’église, c’est-à-dire au moins un fois par mois. La plupart des fidèles sont catholiques.

Selon le dernière recensement, 86,5% de la population roumaine est orthodoxe. Pour le projet «Les sons de…», les équipes de Radio Roumanie Internationale ont assisté à différents services religieux orthodoxes. Ils se sont notamment rendus dans un monastère de la Bucovine dont les fresques sont inscrites au Patrimoine mondial, dans une cathédrale patriarcale de la capitale Bucarest ainsi que dans une petite église en bois de la région de Maramures, au nord de la Roumanie.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.