Navigation

Musée Tinguely à Bâle: apparences familières au potentiel explosif

Le pendule à trois de Katja Aufleger rappelle le jeu familier des billes métalliques incarnant l'énergie cinétique. Elles sont toutefois en verre et contiennent de la nitroglycérine, un explosif capable de dégâts considérables. Gina Folly / Musée Tinguely sda-ats
Ce contenu a été publié le 02 décembre 2020 - 10:00
(Keystone-ATS)

L'attrait d'un pendule à boules de verre remplies de substances explosives, l'esthétique inoffensive de produits toxiques aux couleurs de l'arc-en-ciel: Katja Aufleger expose à Bâle son faible pour les mixtures dangereuses. A voir au Musée Tinguely jusqu'au 14 mars.

L'artiste berlinoise présente une sélection d'installations et de vidéos. La plupart d'entre elles mettent en scène des objets familiers et attirants de prime abord, mais regorgeant de tensions indéterminées et dangereuses, indique le Musée Tinguely à l'occasion de l'ouverture, mercredi, de l'exposition "GONE".

Critique de l'institutionnel

A travers ces ambivalences, Katja Aufleger critique l'institutionnel. Elle questionne les structures et les systèmes du pouvoir, écrit le musée.

Sur le principe du pendule à trois billes révélant le principe de l'énergie cinétique, l'artiste remplace les billes métalliques par de grosses boules de verre contenant un liquide. Les visiteurs ne découvrent l'explosivité de leur contenu - de la nitroglycérine - qu'en lisant le texte accompagnant cette installation, le "Newton's Cradle" ("berceau de Newton").

Processus explosif confiné ou pas

D’autres sculptures de verre colorées, organiques et boursouflées évoquant des vases en verre de Murano semblent anodines bien qu’elles contiennent des substances explosives. Ainsi, Katja Aufleger dispose des bouteilles en plastique contenant des produits détergents dans un dégradé arc-en-ciel circulaire quasi naïf. Leur contenu n'a pourtant rien d'inoffensif, bien au contraire.

De cette manière, Katja Aufleger frôle la destruction à travers plusieurs de ses oeuvres, tout en "gelant" le processus explosif en dernier recours, en l'enfermant. Dans une vidéo, elle franchit toutefois la barrière en faisant exploser des luminaires. L'artiste les pulvérise même avec une carabine à air comprimé.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.