Nestlé affiche un moral d'acier

swissinfo.ch

Les attentats de septembre et le ralentissement économique mondial n'affectent pas Nestlé. Elle annonce une croissance de 4,2% en 2001, et presque autant en 2002.

Ce contenu a été publié le 19 octobre 2001 - 15:00

Nestlé se porte bien. Le géant de l'alimentation de Vevey a simplement annoncé, vendredi à Zurich, l'acquisition la veille du groupe allemand Schöller (2 milliards de chiffre d'affaires), actif dans les glaces et les produits sugelés.

Il a également annoncé l'entrée en Bourse l'année prochaine de sa filiale Alcon, spécialisée dans l'ophtalmologie (lentilles et entretien des lentilles).

Un petit peu mieux

Peter Brabeck, le patron de Nestlé, a surtout mis l'accent sur la bonne santé de son groupe, dont le chiffre d'affaires atteint 62,4 milliards de francs pour les neuf premiers mois de l'année.

Si l'on ne tient pas compte des acquisitions et des hausses de prix, la croissance interne grimpe à 4, 2 %. C'est un petit peu mieux que les prévisions (4 %). Et surtout, la principale multinationale de Suisse s'attend à franchir sans encombre l'année 2002, malgré l'annonce d'un ralentissement économique global.

«Si la croissance n'a été que de 1 % en Europe de l'Ouest, en revanche, elle grimpait à 14, 8 % en Europe de l'Est, atteignant un pic à 24 % en Russie », constate Peter Brabeck.

Le café soluble, un produit phare

La Chine et l'Inde connaissent également des hausses à deux chiffres d'une année à l'autre. Les Etats-Unis en revanche, à l'image des pays les plus riches d'Europe, se contentent d'une faible progression (+ 1,6 %).

Le café soluble, inventé en 1938, reste plus que jamais le produit phare de Nestlé, «Rien qu'avec le Nescafé, nous réalisons 9 milliards de francs de chiffre d'affaires. J'ai découvert qu'il s'en vendait même en Corée du Nord», commente encore l'administrateur délégué du numéro 1 de l'agro-alimentaire.

Il se consomme ainsi 115 milliards de tasses de Nescafé chaque année dans le monde, soit 3650 tasses par seconde! Nestlé a d'ailleurs investi 50 millions de francs pour améliorer encore l'arôme et le goût, et maintenir ainsi sa première place, avec 59 % de parts de marché.

Ian Hamel

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article