Pékin pourrait "ébranler la paix" en mer de Chine, selon l'Asean

L'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean) estime lundi que la Chine pourrait "ébranler la paix, la sécurité et la stabilité" dans la région. Elle s'inquiète des opérations de remblaiement que la Chine mène dans un archipel revendiqué par plusieurs pays.

L'Asean fait part de "sérieuses préoccupations" concernant des récifs coralliens dont la Chine est accusée de vouloir prendre le contrôle, dans un communiqué qui devait être diffusé à l'issue d'un sommet annuel d'une journée à Kuala Lumpur, en Malaisie.

"Nous partageons les sérieuses préoccupations exprimées par certains dirigeants sur les opérations de remblaiement entreprises en mer de Chine méridionale. Elles ont miné la confiance et pourraient ébranler la paix, la sécurité et la stabilité", écrit l'Asean dans le communiqué transmis à l'AFP par la présidence malaisienne.

La Malaisie, les Philippines, le Vietnam et le sultanat de Brunei, tous membres de l'Asean, revendiquent des parties de la mer de Chine méridionale, riche en ressources énergétiques et en poissons. Mais la Chine, qui ne fait pas partie de l'Asean, revendique la souveraineté sur la plus grande partie de cette mer, y compris sur des zones proches des côtes d'autres pays asiatiques.

Des photos satellite publiées par un think-tank américain ont révélé récemment que Pékin procédait à des travaux de remblaiement massifs sur des récifs coralliens. Ces images montrent d'importantes opérations d'agrandissement d'un îlot et l'aménagement de ports artificiels sur des récifs des îles Spratleys.

Ces îles sont convoitées depuis des décennies par les Philippines, le Vietnam, Brunei, la Malaisie et Taïwan. Pékin fonde sa revendication sur des cartes remontant aux années 1940.

Le communiqué de clôture de la Malaisie, qui assure la présidence tournante de l'Asean, donne pour instruction aux ministres des Affaires étrangères de la région "d'aborder d'urgence cette question" selon les mécanismes du dialogue mis en place entre cette organisation et la Chine.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article