Navigation

Pékin probablement mêlé au piratage d'un régulateur américain

Les serveurs de la FDIC ont été infectés et pénétrés par un virus (cliché symbolique/Keystone archives). KEYSTONE/EPA/OLIVER BERG sda-ats
Ce contenu a été publié le 14 juillet 2016 - 01:04
(Keystone-ATS)

Des pirates informatiques probablement liés aux autorités chinoises ont pénétré au début de la décennie dans les ordinateurs d'un régulateur bancaire américain, selon un rapport parlementaire publié mercredi. Le piratage incluait même l'ordinateur de la présidente.

Le système informatique de la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), qui garantit les dépôts bancaires américains, a été piraté "par un gouvernement étranger, probablement le gouvernement chinois", affirme le rapport de la commission des sciences de la chambre des représentants.

La première contamination a été décelée en 2010, avec d'autres signes détectés en 2011, puis en 2013, détaille le document. "Au total, 12 ordinateurs ont été contaminés et dix serveurs de la FDIC ont été pénétrés et infectés par un virus créé par un pirate".

Avantages économiques

Les Etats-Unis et la Chine ont annoncé en septembre 2015 être tombés d'accord pour lutter contre le piratage informatique, un des plus gros contentieux entre Washington et Pékin.

Les Etats-Unis reprochent à la Chine d'utiliser le butin de ses cyberespions pour avantager les entreprises chinoises et fausser la concurrence.

En avril, l'amiral Michael Rogers, chef du cybercommandement du Pentagone, avait estimé que les Chinois restaient "engagés dans des activités contre les entreprises américaines".

"La question qui reste posée est de savoir si les fruits de ces activités sont ensuite partagés avec les entreprises privées chinoises", avait-il déclaré. "Nous n'avons pas la réponse définitive".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.