Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Plus qu'un simple musée

(Keystone)

Paul Klee a été plus qu’un peintre. Le centre qui lui est dédié est donc plus qu’un musée. C'est une plate-forme pour les chercheurs, les mélomanes et les enfants.

D’autre part la multifonctionnalité du centre se reflète aussi dans son architecture: trois «collines» dessinées par le célèbre Italien Renzo Piano.

Un classique musée d’art et d’histoire rassemble et conserve des oeuvres qu’il présente sous forme d’expositions. Le Centre Paul Klee, lui, touche à d’autres sphères artistiques et élargit la notion de médiation de l’art et d’interdisciplinarité.

Concerts, représentations théâtrales, lectures, académie d’été et ateliers, le public se voit offrir de nouvelles perspectives sur le travail pictural, musical, littéraire et pédagogique de Paul Klee. En même temps, le département de recherche constitue un centre de compétence.

C’est ce principe que Renzo Piano a voulu traduire par la forme architectonique de trois collines artificielles: «La colline nord est consacrée au musicien et pédagogue, celle du centre au peintre et poète et celle du sud au chercheur et mathématicien», explique l’architecte gênois.

Une passerelle légèrement surélevée relie les trois collines, concrétisant l’idée de communication entre les disciplines artistiques.

L’artiste visuel et le poète

La collection, au cœur du Centre Klee, est réunie dans la colline centrale. Avec plus de 4000 pièces, elle rassemble près de la moitié des oeuvres de l’artiste. Nombre d’entre elles sont célèbres, mais il y a aussi des dessins de jeunesse, des objets personnels et des œuvres offertes par ses amis, Wassily Kandinsky, Franz Marc ou Alexej von Jawlensky.

L’exposition permanente du rez-de-chaussée présente environ 200 pièces qui seront changées deux fois par an. En contrepoint, au sous-sol, quatre expositions temporaires sont consacrées chaque année à l’environnement historique et artistique de Paul Klee ou à des artistes qui se réclament encore de son influence.

Le chercheur

Tous les travaux scientifiques consacrés à l’artiste se trouvent dans la colline sud. Il s’agit d’abord de la documentation réunie par l’ex-Fondation Paul Klee, qui, en cinquante ans, est devenue une autorité incontournable.

En novembre dernier, la Fondation a quitté le Kunstmuseum de Berne pour s’installer dans le nouveau centre avec ses chercheurs, ses archives et la plus importante collection Paul Klee au monde, se fondant avec la Fondation du Centre Paul Klee.

Le département de la recherche a pour mission d’élargir les connaissances à propos de Paul Klee et de les propager dans les autres départements du centre, afin que le public y accède facilement.

Le musicien

Le joyau du département musical est la grande salle de concert de 300 places, au sous-sol de la colline nord. Klee n’était pas seulement un excellent violoniste, mais la musique constituait un pan décisif de sa pensée artistique.

Le département musical dispose d’importantes archives, plus de 250 partitions et quelque 170 enregistrements de compositions qui ont une signification pour le travail de Klee ou qui l’ont inspiré.

Le département dispose d’un orchestre attitré, l’Ensemble Paul Klee, qui interprète des oeuvres liées à l’artiste. Des concerts sont prévus dans l’auditorium, mais des «concerts de 20 minutes» sont également organisés spontanément ici ou là dans le centre.

Le pédagogue

Au-dessus de l’auditorium se trouve le musée des enfants Creaviva, soutenu par sa propre fondation et doté de son propre budget. Son but est d’appliquer les conceptions pédagogiques que Paul Klee avait développées en tant qu’enseignant.

Comme d’autres artistes de son époque, Klee voyait dans les dessins d’enfants l’origine de l’art, avant sa domestication par la tradition académique.

Creaviva s’adresse aux «enfants de 4 à 99 ans». Ils disposent de trois ateliers pour mettre la main à la pâte et laisser libre cours à leur créativité.

Le Bernois

Les trois collines de Renzo Piano sont nichées entre la ville, la colline d’Ostermundigenberg et ses carrières, où Klee réalisa des travaux très importants, et le cimetière de Schosshalden, où il a trouvé son dernier repos. Le Centre Klee se situe donc au milieu d’un réseau de références.

Un sentier didactique va du centre-ville aux carrières d’Ostermundigen. Aux abords du Centre Klee, il rejoint des routes et chemins baptisés d’après des œuvres de l’artiste. Ces «Chemins vers Klee» permettent au promeneur de se familiariser avec l’univers de l'artiste.

Au nord des trois collines se trouve le cimetière de Schosshalden. La tombe de Paul Klee a récemment été rapprochée de l’entrée du Centre. Des sentiers intitulés «Château d’air», «Tapis du souvenir» et «Insula dulcamara» (île douce-amère) entourent sa dernière demeure.

swissinfo, Nicole Aeby
(Traduction de l'allemand: Isabelle Eichenberger)

Faits

La construction du Centre Paul Klee a coûté environ 105 millions de fr.
Elle a été financée par la Fondation Maurice E. et Martha Müller.
Les pouvoirs publics assument les frais de fonctionnement, entre 7 et 10 millions de fr. par an.
50% sont versés par la Ville de Berne, 39% par le Canton et 11% par les membres de la Conférence culturelle régionale.
Les frais d’infrastructure de 8 millions par an seront réglés par le fonds de la Loterie du canton de Berne.
Le centre s’attend à recevoir 175'000 visiteurs par an.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.