Affaire Saberi: Washington remercie Berne

La Suisse a salué la libération de la journaliste irano-américaine Roxana Saberi en Iran. L'ambassade de Suisse à Téhéran s'est engagée auprès de Téhéran pour que la détenue soit bien traitée. Une intervention saluée par les Etats-Unis.

Ce contenu a été publié le 12 mai 2009 - 08:56

Après quatre mois de détention, Roxana Saberi a été libérée lundi soir, sa peine ayant été réduite en appel à deux ans avec sursis. La journaliste de 32 ans avait été condamnée à huit ans de prison pour espionnage au profit des Etats-Unis.

L'ambassade de Suisse à Téhéran, qui représente les Etats-Unis en Iran depuis 1980, n'avait pas été autorisée à voir la journaliste en prison, car les autorités considéraient l'américano-iranienne comme exclusivement iranienne, a expliqué l'ambassadrice Livia Leu-Agosti.

Mais son cas avait été évoqué lors de la rencontre en avril à Genève entre le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz et son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad, a indiqué le Département fédéral des affaires étrangères.

Ce dernier ajoute que les Etats-Unis ont remercié la Suisse pour son engagement.

La libération de Roxana Saberi lève un obstacle majeur à la reprise du dialogue entre Washington et Téhéran, que le président américain Barack Obama souhaite engager.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article