Navigation

Prison à vie pour l'ex-chef du Parti communiste chinois

La Chine a engagé il y a près de quatre ans une vaste campagne de répression contre la corruption à l'arrivée au pouvoir du président Xi Jinping (archives). KEYSTONE/EPA/HOW HWEE YOUNG sda-ats
Ce contenu a été publié le 30 septembre 2016 - 05:46
(Keystone-ATS)

L'ancien chef du Parti communiste de Guangzhou, Wan Qingliang, a été condamné vendredi en Chine à la prison à vie pour corruption par un tribunal de Nanning (sud). Il avait été placé sous enquête par le PCC en 2014, avant d'être remis aux autorités judiciaires.

Sur son microblog officiel, le tribunal a déclaré que Wan avait touché, à partir de 2000, plus de 100 millions de yuans (14,5 millions de francs) de pots-de-vin et cadeaux divers en échange de services. La cour a également ordonné le gel de tous ses avoirs.

Wan a plaidé coupable et fourni des renseignements nouveaux à la justice, ce qui lui a valu une peine plus clémente, a déclaré le tribunal sans autre précision. La peine de mort peut être appliquée dans des cas de corruption.

En tant que chef du PCC à Guangzhou (Canton), capitale de la province de Guangdong, l'une des grandes régions exportatrices chinoises, Wan Qingliang avait plus de pouvoir que le maire de la ville.

La Chine a engagé il y a près de quatre ans une vaste campagne de répression contre la corruption à l'arrivée au pouvoir du président Xi Jinping. Ce dernier a averti que le problème menaçait la survie même du Parti communiste.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.