Quand le houblon piège le larron

Les malfrats ont été pincés avant même d'avoir pu poser la main sur leurs chopes lors de la fête de la bière de Qingdao (image d'illustration). KEYSTONE/EPA/FRISO GENTSCH sda-ats

Des délinquants en cavale rêvaient de blonde bien fraîche lors d'une fête de la bière en Chine: ils ont été cueillis à froid par la police, qui les a repérés grâce à un dispositif de reconnaissance faciale.

Au total, 25 individus ont été arrêtés avant même d'avoir pu poser la main sur leurs chopes lors de l'événement annuel organisé à Qingdao (est), ville où est brassée la "Tsingtao", la bière la plus connue de Chine. Parmi eux figure un fugitif recherché depuis dix ans, qui ne doit sa perte qu'à son irrésistible penchant pour la célèbre "lager" locale.

Un total de 18 caméras avaient été installées aux quatre entrées du site et étaient capables d'identifier un suspect en moins d'une seconde, a indiqué cette semaine la police de Qingdao.

Des dizaines d'autres personnes ayant un casier judiciaire ou un passé de toxicomanes se sont ainsi vu refuser l'entrée de la fête, qui a accueilli plus d'un million de personnes sur plus de trois semaines.

Fiable à 98%

Selon les autorités de la ville, ce système de reconnaissance faciale est fiable à 98,1%. Il déclenche une alarme dès que le visage d'un suspect est trouvé dans le fichier de la police. Afin d'éviter toute erreur, six policiers étaient postés à chaque entrée pour confirmer les concordances signalées par la machine.

Les buveurs de bière délinquants ne sont que les dernières cibles en date de la reconnaissance faciale en Chine. Quatre villes ont installé des systèmes pour repérer et humilier les passants traversant hors des passages piétons, le dispositif affichant ensuite la photo des contrevenants sur un écran géant.

Une technologie similaire est utilisée par la chaîne de restauration rapide KFC pour anticiper les commandes des clients, ainsi que dans certaines toilettes publiques afin de lutter contre le vol de papier hygiénique.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article