Navigation

Rougeole: les volontaires de la réserve sanitaire mobilisés

Ce contenu a été publié le 12 mars 2019 - 17:42
(Keystone-ATS)

Face à la recrudescence des cas de rougeole en France, notamment dans le Val Thorens en Savoie, le ministère de la Santé a décidé de mobiliser la réserve sanitaire, constituée de professionnels de santé volontaires, pour "renforcer les capacités d'investigation et de vaccination", selon un arrêté publié mardi.

"Considérant le contexte de l'augmentation du nombre de cas de rougeole, notamment chez des personnes non vaccinées (...) la réserve sanitaire est mobilisée à compter du 5 mars 2019 pour une durée de 3 mois, renouvelable une fois", précise le texte de l'arrêté, paru au Journal officiel.

Ce vivier de volontaires permettra d'"investiguer rapidement toute situation de survenue de cas groupés" de cette maladie infectieuse et de "vacciner rapidement toute personne ayant été en contact avec un cas de rougeole et éligible à cette vaccination", ajoute-t-il.

La France est confrontée à une augmentation du nombre de cas de rougeole depuis fin 2017, à la faveur d'une baisse de la couverture vaccinale. En 2018, elle a enregistré environ 2800 cas dont trois mortels.

Val Thorens touché

Un foyer épidémique touche notamment la station de ski de Val Thorens (Savoie) depuis le mois de janvier, avec 50 cas déclarés, selon le dernier décompte de Santé publique France.

Sur l'ensemble de la France, le nombre de cas depuis le début de l'année était toutefois en baisse, avec 288 déclarations de rougeole jusqu'au 3 mars, contre 745 sur la même période en 2018.

Créé en 2007, le corps de réserve sanitaire comprend des professionnels de santé en activité ou à la retraite depuis moins de 3 ans, ainsi que des étudiants poursuivant des études médicales ou paramédicales.

Destiné à renforcer les moyens de réponse rapide en cas de "menaces sanitaires de grande ampleur" (canicule, pandémie, etc.), il a surtout été mobilisé dans les régions et départements d'Outre-mer ces dernières années, comme après l'ouragan Irma aux Antilles.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article