Saab a admis le versement de pots-de-vin en Afrique du Sud

L'industriel de l'armement suédois Saab, qui souhaite vendre 22 avions Gripen à la Suisse, a été confronté ces dernières années à des accusations de corruption dans différentes pays. Dans le cas de l'Afrique du Sud, l'entreprise a admis que des dessous-de-table avaient été versés, comme en témoigne son rapport d'activité 2011.

L'affaire concerne le plus important achat d'armement jamais effectué dans ce pays, d'un montant total d'environ 10 milliards de dollars, notamment pour des avions de combat et d'entraînement, a indiqué à l'ats Andrew Feinstein. Cet ex-député du parti gouvernemental ANC au parlement sud-africain (1997-2001) est l'auteur du livre "The Shadow World: Inside the Global Arms Trade" (Le monde de l'ombre: à l'intérieur du commerce mondial des armes).

Le groupe de défense britannique d'armement BAE et Saab avaient remporté le contrat pour le jet en 1999, bien que l'armée de l'air sud-africaine eût préféré un avion italien meilleur marché. La livraison comprenait également 26 Gripen.

Hongrie et République tchèque

Outre l'Afrique du Sud, BAE et Saab ont aussi livré des Gripen à la Hongrie et la République tchèque, des transactions également entachées de corruption, comme BAE l'a reconnu devant la justice américaine en 2010.

Andrew Feinstein mentionne aussi la corruption autour de l'achat en Autriche d'appareils pour l'armée, dont des avions du consortium Eurofighter auquel participe BAE, qui occupe toujours la justice du pays. L'affaire a permis de mettre au jour tout un réseau de corruption incluant également des politiciens et susceptible de toucher au financement des partis politiques.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article