Navigation

Sans leurs petits boulots, les étudiants souffrent

Les restaurants sont désormais clos, depuis le 22 décembre 2020. Keystone / Laurent Gillieron

Avec la crise sanitaire, de nombreux étudiants plongent dans la précarité. Les mesures de lutte contre le coronavirus les ont privés de leur travail à temps partiel, souvent nécessaire pour boucler les fins de mois. Il n'existe pas en Suisse de programme national d'aide aux étudiants en difficulté, comme en Allemagne ou en France.

Ce contenu a été publié le 23 février 2021 - 16:23

Employés dans un bar, dans un restaurant ou pour aider lors de manifestations, jusqu'à trois quarts des étudiants en Suisse ont un emploi à temps partiel pour contribuer au financement de leurs études, selon l'Office fédéral de la statistiqueLien externe.

Mais le semi-confinement actuel, qui a vu la fermeture temporaire de magasins non essentiels ainsi que des bars et des restaurants, signifie que ces sources de revenus ne sont plus disponibles. De plus en plus d'étudiants dépendent de l'aide financière de fondations privées, a rapporté la télévision publique suisse alémanique SRFLien externe. Les universités offrent également des fonds de secours.

Les universités suisses sont revenues à l'enseignement à distance en novembre 2020 pour la deuxième fois après la période de confinement du printemps. Un changement qui est intervenu à peine deux mois après le début de la nouvelle année d'enseignement.

Contrairement à la Suisse, l'Allemagne voisine dispose d'un système national de prêts pour les étudiants, qu'elle vient de prolonger pour le semestre d'été 2021. En France, les banques alimentaires pour étudiants ont fait la une des journaux. Le président Emmanuel Macron a assuré aux étudiants qu'ils «n’avaient pas été oubliés». Des aides alimentaires ont ainsi été mises en place, notamment des repas à un euro ou des distributions de colis.

Les commentaires ont été désactivés pour cet article. Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.