Navigation

Schwarzenegger présente le nouveau "Terminator" à Las Vegas

Linda Hamilton et Arnold Schwarzenegger avaient déjà joué dans le premier volet de Terminator, en 1984. KEYSTONE/AP Invision/CHRIS PIZZELLO sda-ats
Ce contenu a été publié le 05 avril 2019 - 03:37
(Keystone-ATS)

Trente-cinq ans après "Terminator", Arnold Schwarzenegger s'est joint jeudi à Linda Hamilton pour présenter le sixième volet de la franchise, "Terminator: Dark Fate", dans lequel ils jouent à nouveau tous les deux. Le nouvel épisode doit sortir en novembre 2019.

"Je suis tellement content de retrouver tout le monde. Jim [James, ndlr] Cameron et Linda Hamilton, toute l'équipe de nouveau ensemble", a lancé la star de 71 ans sur la scène du CinemaCon, rendez-vous annuel de l'industrie du cinéma à Las Vegas.

"C'est comme cela que cela a commencé en 1984 et cela a changé ma vie", a ajouté le comédien américain d'origine autrichienne, qui fut aussi gouverneur de Californie dans les années 2000.

"Terminator: Dark Fate" est considéré par les professionnels comme l'un des principaux événements de l'année. Il a une chance de remettre au goût du jour une franchise, qui a, certes, rapporté de l'argent (1,8 milliard de dollars), mais a déçu les critiques.

Miller à la réalisation

Financé par les studios Paramount, ce sixième volet est justement la suite directe de "Terminator 2" (1991), dernier succès critique de la série, où l'on retrouve l'androïde tueur et Sarah Connor, campés par Arnold Schwarzenegger et Linda Hamilton aux côtés d'une nouvelle génération d'acteurs.

Le film a été réalisé par Tim Miller ("Deadpool"), mais est produit notamment par James Cameron, créateur de la saga et aux commandes des deux premiers opus qui ont marqué l'histoire du cinéma.

Pour Linda Hamilton, 62 ans, le rôle de Sarah Connor, mère ingénue qui devient chef de la résistance humaine à l'oppression de l'intelligence artificielle, a tout simplement changé sa vie.

"J'ai hâte de partager ce film avec vous", a-t-elle affirmé aux spectateurs du CinemaCon, qui attire plusieurs milliers de gérants et propriétaires de salles de cinéma.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.