Navigation

Le compte à rebours est lancé

Les cartons sont remplis. Dans quelques jours, les déménageurs pourront entrer en lice. Keystone / Urs Flueeler

Le rêve de Lotti Pfyl a été brisé par la crise sanitaire. Cette Suisse de l’étranger rentre au pays. Le déménagement est désormais imminent. Dans son journal de bord, elle décrit comment elle vit cette étape.

Ce contenu a été publié le 29 janvier 2021 - 11:56
Texte rédigé par Lotti Pfyl / Melanie Eichenberger
Lotti Pfyl. zvg

Le compte à rebours est lancé. Dans quelques jours, le camion de déménagement sera devant la porte. Ensuite, ce sera «Adieu l’Allemagne». Je suis bien préparée, presque tout est emballé. Maintenant, je fais encore quelques courses et j’achète des choses qui sont un peu moins chères ici qu’en Suisse.

En Suisse, j’aurai droit à l’aide sociale; je suis soulagée. Les conditions sont très strictes, ce qui me semble tout à fait juste. Je devrai chercher un emploi. Le dixième jour de chaque mois, je devrai remettre mes relevés bancaires et cinq demandes d’emploi au bureau d’aide sociale. Je vais être très transparente.

«L’autre question est de savoir si je trouverai un travail à 61 ans»

End of insertion

L’autre question est de savoir si je trouverai quelque chose à 61 ans, mais je sens que je recevrai vraiment de l’aide et du soutien. Si je trouve un emploi, je devrai rembourser l’aide sociale et lui remettre presque tous mes revenus. Pour un emploi à 100%, il ne me restera qu’un montant de 400 francs à ma libre disposition. À moins que je n’obtienne un emploi qui me permette de me passer complètement de l’aide sociale sur le plan financier. Alors, croisez les doigts pour moi!

Retrouvez quotidiennement sur notre application 📱SWI plus📱 un résumé de l'actu et échangez entre vous et avec nous sur notre forum.
👉 AndroidLien externe
👉 iPhoneLien externe

End of insertion

Au consulat général de Munich, j’ai encore déposé une demande d’aide à la réinstallation. Par hasard, j’ai trouvé des informations détaillées sur le site Internet actualisé du DFAE / Centre de service aux citoyensLien externe. Et cela contredit même les informations que j’avais reçues du consulat au début du mois de novembre. Mais jusqu’à présent, je n’ai pas encore eu de nouvelles. Nous verrons bien.

La mélancolie s’installe

C’est avec un peu de mélancolie que je jette un regard sur mes dernières années en Allemagne. J’ai eu la possibilité de connaître ce pays, que je connaissais déjà auparavant grâce à mes voyages et à mes visites à de la parenté. Nous avons appris le bon allemand à l’école, et pourtant, il y avait quelques helvétismes que j’ai gommés. Ma langue était néanmoins ma marque de fabrique et me faisait immédiatement reconnaître comme suisse – ce qui me valait une prime de sympathie.

Faire mes adieux à des personnes qui me sont chères n’est pas si facile pour moi. Bien que je n’habite ici que depuis à peine un an, dans le Haut-Palatinat, et que je n’aie pas eu beaucoup d’occasions de connaître les gens en raison de la pandémie. Mais j’avais des voisins au grand cœur.

Il y a Hannes, sept ans, qui peut rendre visite à son père, mon voisin, deux fois par semaine. Ils viennent régulièrement chercher ma chienne pour leurs aventures ensemble. Il est difficile pour nous de renoncer à ce voisinage. Cependant, nous savons que le contact restera.

Presque tout est dans les cartons: Lotti Pfyl est prête à rentrer en Suisse. zVg

Le moment de lâcher prise

J’ai le sentiment qu’une nouvelle phase de vie commence pour moi. Pas seulement en raison du retour en Suisse, mais aussi de l’âge. Beaucoup de choses ne sont plus aussi importantes. Je réduis une fois de plus mon ménage. Je suis étonnée de la quantité de barda que j’ai.

«J’ai le sentiment qu’une nouvelle phase de vie commence.»

End of insertion

Les cartons de déménagement sont lourds; je dois faire attention à la façon dont je les soulève pour ne pas trop solliciter mon dos. Mon esprit a un peu de mal à accepter parfois. Lâcher prise sur les choses matérielles, lâcher prise sur la jeunesse, lâcher prise sur la souplesse. C’est le grand thème de ces dernières semaines, et mon plus grand défi. Mais on se sent bien. 

Plus que quelques jours avant mon retour. Ce que j’ai pu organiser en ligne est fait. Les administrations et les bureaux où je dois me présenter en personne – par exemple pour ouvrir un compte bancaire ou signer un contrat de téléphonie mobile – devront attendre que je sois sur place.

Un petit picotement

Je suis curieuse de savoir comment on gère la pandémie en Suisse. Ici, en Allemagne, et plus particulièrement en Bavière, les conditions sont restrictives. Je trouve ces mesures appropriées, car elles sont aussi là pour ma protection. Mon comportement en Suisse ne sera pas différent de ce qu’il a été jusqu’à présent en Allemagne.

Dans mon esprit, j’aménage mon petit appartement à Walzenhausen, en Appenzell Rhodes-Extérieures. J’explore les environs sur Google-Maps; je cherche des promenades à faire avec ma chienne. Comment va-t-elle vivre le déménagement et ce nouvel environnement? Un léger picotement se fait lentement ressentir dans mon estomac. L’excitation monte.

L'aventure d'un retour en Suisse

La Suisse de l’étranger Lotti Pfyl rentre au pays et nous l’accompagnons dans son aventure. Grâce au  journal de bord qu’elle tiendra durant toute cette période, elle nous donnera un aperçu de la manière dont elle vit ce grand changement. Le prochain poste paraîtra peu avant son voyage de retour, à la fin du mois de janvier.

End of insertion

Découvrez ici l'histoire de Lotti Pfyl: 

Et son premier journal de bord de la fin 2020:


Les commentaires ont été désactivés pour cet article. Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.