Navigation

Skiplink navigation

Toujours connectés, les jeunes s'interrogent beaucoup

Les jeunes devraient être impliqués dans les discussions sur la transformation numérique, car "ils apportent une expertise précieuse et une perspective différente de celle des adultes", selon Sami Kanaan (image d'illustration). KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF sda-ats
Ce contenu a été publié le 26 août 2019 - 12:53
(Keystone-ATS)

Les jeunes Suisses passent en moyenne quatre heures par jour sur la Toile contre deux heures et demie pour les adultes. Ils se posent pourtant plus de questions sur leur connexion permanente que leurs aînés.

De manière générale, les jeunes perçoivent la connexion permanente comme essentiellement positive, selon une étude présentée lundi à la presse par la Commission fédérale pour l'enfance et la jeunesse (CFEJ). Réalisée en ligne en janvier 2019, elle a porté sur 1001 jeunes de 16 à 25 ans, ainsi que 390 adultes âgés de 40 à 55 ans.

Presque tous les jeunes apprécient de pouvoir être constamment en contact avec d'autres (89%) et de se connecter à Internet quand ils s'ennuient (87%). Ils sont presque autant à penser que les autres attendent d'eux une réaction rapide en ligne (85%) et que la multitude des informations disponibles enrichit leur vie (81%).

Pour une moitié d'entre eux, être toujours connecté provoque cependant des sentiments ambivalents. "Les aspects positifs sont certes relevés, mais aussi le stress induit", précise le président de la commission Sami Kanaan.

Un tiers des jeunes se sent mis sous pression par les applications qui récompensent une utilisation régulière et ne font pas de différence entre les contacts virtuels et les rencontres dans le monde physique. Et même un quart des jeunes ressent de la nervosité quand ils ne sont pas connectés pendant un certain temps.

Accros au smartphone

Au total, les jeunes passent en moyenne quatre heures par jour sur la Toile pendant leur temps libre contre deux heures et demie pour les adultes. En revanche, la part de jeunes (25%) qui surfent cinq heures ou plus par jour sur Internet est comparable à celle des adultes (21%).

Les jeunes consultent en moyenne aussi plus souvent leur téléphone mobile que les adultes. Ils le dégainent 30 fois par jour, leur aînés 15 fois. Le fossé se creuse encore plus chez les accros du natel: 37% des jeunes consultent leur portable plus de 50 fois par jour contre seulement 11% des adultes.

Plus conscients que les adultes

S'ils surfent plus souvent que les adultes sur la Toile, les jeunes ne le font pas pour autant de manière irréfléchie. "L'étude montre que les jeunes ne sont pas perdus derrière leurs écrans, mais qu'ils sont plus conscients que les adultes des enjeux liés à leur utilisation d'Internet. Ils se posent beaucoup de questions sur les conséquences de la connexion permanente", souligne Sami Kanaan.

De même, les jeunes adoptent plus souvent des stratégies visant à réguler leur connexion que leurs aînés. Deux jeunes sur cinq se fixent eux-mêmes des règles sur le moment et la durée de leurs activités en ligne, et trois quarts d'entre eux les respectent.

Les stratégies de régulation concernent principalement le natel. Trois quarts des jeunes, par exemple, ne consultent pas leur téléphone quand ils souhaitent se concentrer sur autre chose. Et ils sont plus de 60% à avoir déjà supprimé une application qui leur prenait trop de temps.

Il est intéressant de noter que les plus gros surfeurs, à savoir ceux qui passent en moyenne 5,4 heures par jour, sont également ceux qui se posent plus de questions et qui se fixent le plus de règles. Nombre d'entre eux ressentent cependant des symptômes de privation quand ils sont déconnectés.

Intégrer les jeunes dans la réflexion

"Les jeunes réfléchissent beaucoup à leur usage d'Internet et ils disposent d'un riche bagage d'expérience en lien avec la connexion permanente", conclut Sami Kanaan. Sa commission recommande donc de les impliquer dans les discussions ou décisions sur ces sujets. "Ils apportent une expertise précieuse et une perspective différente de celle des adultes", souligne-t-il.

Instaurer une culture du numérique à l'école, inciter les jeunes à développer leur esprit critique et leur montrer l'exemple dans leur rapport aux médias ou encore utiliser le numérique pour favoriser l'égalité des chances figurent parmi les dix autres recommandations émises par la CFEJ.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article